Forum inspiré de la saga d'Anne Robillard
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .

Morwen et Alkyrick CONTRE Sarai

Invité
Invité
Dim 3 Aoû - 23:51




Armure de combat:
 

Son premier voyage sur le territoire des humains ne s'était pas exactement passé comme elle l'espérait. Elle qui d'abord, s'était mis dans la tête de les dépecer un par un. Cependant, une restriction s'était imposée, heureusement pour sa propre vie. Si le chevalier elfique avait été gravement blessé, il en était de même pour l'Impératrice. Si cette satanée sorcière s'était rendu utile, la conclusion en aurait peut-être été autrement. La présence d'Elessar s'était du coup rendu indispensable pour la suite des choses. En rentrant, Saraï s'était empressé de remettre à l'ordre Vikentiy qui se devait de faire obéir sa sorcière, puis de remercier Elessar d'être intervenu. L'impératrice demanda à ne pas être dérangé pendant plusieurs jours, même par son mari. Le seul autorisé dans l'aile, leur fils.

Maylek ... Il n'était pas concrètement de son sang mais l'hybride ne s'y était jamais attardé. Elle l'avait aimé profondément depuis le moment où elle l'avait vu et tenu dans ses bras. Ceux qui se risquaient à penser tout haut qu'il était un héritier illégitime, étaient déjà mort. Le perdre était quelque chose qui terrifiait  l'Impératrice, sachant très bien qu'il n'était pas immortel, lui. Encore très jeune, il ne contrôlait aucunement ses pouvoirs et ne savait pas manier l'épée convenablement pour tuer. D'ailleurs, elle n'avait toujours pas pardonné à Shanahan de l'avoir amené sans même lui en parler. Son tour viendrait ...

Les troupes de l'empire se préparaient pour une nouvelle apparition sur la terre des humains, cet Enkidiev. L'impératrice attendait sa revenge, ce moment depuis qu'elle était revenue. Elle avait d'ailleurs retourné dans sa tête les techniques de magie du chevalier elfique encore et encore, cherchant un moyen de contourner cette liaison entres eux. L'impératrice plumée n'allait pas pouvoir prendre sa revenge directement contre Kerosa pour cette fois-ci du moins. Se tenant dans la cours comme les autres, elle affichait un sourire d'impatience tout en guettant son fils du coin de l'oeil. Il devait être en train de penser à son oeuf de dragon. Fichu lézard géant ... Le petit avait du laisser son oeuf dans la forteresse, en sécurité. Sa mère lui avait assuré que personne ne s'en approcherait et ne franchirait la porte. D'ailleurs, Saraï se rappela très bien la scène. S'approchant dangereusement de son second, pour le fixer droit dans les yeux, lui attrapant même la machoire pour approcher son visage du sien. Elle l'avait clairement menacé sérieusement "Si une seule personne, créature franchit ces portes et s'approche de l'oeuf de mon fils, tu peux te fier sur moi Elessar, que ce sera le dernier service que tu m'auras rendu." Puis elle l'avait doucement relâché en finissant par lui sourire, lui donnant une petite tape sur l'épaule.

Fouillant sans gêne dans les pensées de son mari, Saraï y vit ses adversaires, son sourire s'étirant d'avantage. Cette fois, ce serait quelque peu différent, elle s'amuserait. Lorsque l'empereur disparut enfin de la cours dans sa pluie légendaire, Saraï se dépêcha d'attirer son fils près d'elle d'une bourrasque de vent, posant une main sur son épaule en lui décochant un sourire amusé. Il ne craindrait rien contre deux autres enfants.

Lorsque son propres corps fut emporté par ces étincelles, Saraï ressentit une curieuse sensation au niveau de sa main puis de son bras. Lorsque ses pieds finirent par toucher le sol Enkiev, l'hybride regarda d'abord autour d'elle avant de tourner la tête vers la main qui tenait Maylek. Maylek ?! La femme oiseau tourna une fois sur elle-même en cherchant son fils des yeux. Il n'y avait personne d'autre autour, pas dans son champ de vision. Son coeur s'arrêta net en se redressant pleinement, étirant ses sens pour le trouver. Il ne pouvait pas avoir atterit bien loin! La femme chevalier tourna son corps dans une direction précise, amorçant un geste pour marcher puis s'arrêta en fronçant les sourcils. Deux présences n'appartenant pas à celle de son fils. Elle reconnu celle de l'écuyer contre lequel elle s'était confronté la dernière fois, puis une autre pratiquement senblable. Elle continua ses recherches sur tout le territoire d'Ambre en se tournant dans une nouvelle direction. Elle l'avait trouvé, à peine une minute plus tard. Son coeur recommença finalement à battre lorsqu'elle sentit la présence de Shanahan non loin. Poussant un léger soupir, elle évalua rapidement la distance puis finit par envoyer par télépathie à son fils :

[MAYLEK]** Calme-toi mon petit guerrier. J'ai atteris bien trop loin de toi, mais ton père est tout près. Localise-le, et rejoins-le. Tu devras rester près de lui. Si ça se trouve, il t'a déjà repéré. Soit un brave soldat et reste avec lui. Je t'adore plus que ton père, tu le sais ça ? **

L'Impératrice souriait de nouveau en se tournant de nouveau vers la présence des deux écuyers d'Émeraude au loin. Tout en marchant pour les rejoindre, d'un pas très silencieux, elle envoya enuite à son mari.

[SHANAHAN]** Mon tendre époux ... comme je ne vous ai toujours pas pardonné et comme vous avez pu le voir grâce à vos dons de devins, j'ai voulu amené notre fils avec moi, pour s'amuser avec les deux gamins frêles. Il n'a pas été en mesure de me suivre jusqu'à mon emplacement et il se trouve, bizarrement plus près de vous que de moi actuellement. Il est en route pour vous rejoindre et j'ose espérer que vous me le ramenerez en un seul morceau. ** ( Il y a un message subtil entre les lignes à comprendre ici XD )

La femme hybride de l'empire pu enfin voir les deux enfants plus loin. Elle n'avait franchement rien à craindre d'eux. Au niveau magique, ils étaient du même niveau qu'Elen non ? Saraï étouffa un ricanement franc, sortant de la petite forêt dans laquelle elle avait atterit  pour s'avancer dans la clairière où se trouvait Morwen et Alkyrick. Ne dégainant aucune arme, l'Impératrice s'avança lentement, ne pouvant s'empêcher d'amorcer la conversation la première, trouvant la situation riddiculement amuante.

- Alors, on ne comprends pas trop ce qui se passe ? Ne cherchez pas autour de vous, il n'y a que moi, et deux enfants. Comme on se retrouve, dit-elle en fixant Alkyrick, détournant lentement les yeux vers la nouvelle. Oh tiens, une amie à toi ? Ou peut-être ... Ne me dit pas que c'est ta petite fiancée! Imaginez les magnifiques petites êtres aux oreilles pointues que vous aurez! J'en ais presque un velour sur le coeur ... Comment les appelerez-vous ?

Saraï était réellement en train de se moquer d'eux. La femme de l'empire marchait autour d'eux d'un pas lent, les observant au passage. Ricanant toujours, ne pouvant s'en empêcher, elle ajouta :

- Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas ici pour vous faire du mal, du moins, pas vous tuer. Ça m'est interdit par mon cher empereur. Quoique ... Vous pourriez me montrer jusqu'à quel point vous tenez à votre vie. Sans vous tuer, il y a bien des façons que je pourrais vous faire souffrir ... Par qui commencer ...
Revenir en haut Aller en bas
ÉCUYÈRE D'ÉMERAUDE
{ 2IEME GÉNÉRATION }
avatar
Lun 4 Aoû - 9:28
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


En me levant ce matin, je savais que c'était un jour très émouvant pour certain. Ayant pas combattu, ni vu l'attaque. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Mais j'avais sauvé peut-être la vie de l’héritier, le Prince Ewen. J'avais vu les corps des défunts morts, les blessés. Le sang par terre, les armes abandonnées. Même en regardant, je pouvais revivre cette attaque à moi seule. Je sentais aussi les souffrances d'autres, la tristesse de certains. Tous les elfes de cette région devaient sentir sa. C'était horrible ce pouvoir empathie. Il était utile dans certains cas. Je m'en allais d'un pas décidé à aller à cette réunion. En arrivant dans la salle, il y avait un silence plat. Je m'était assise près de Alkyrick. Le seul que je connaissais. Je lui disais bonjour dans l'oreille et regarda la table, les yeux baisés.

Après avoir attendu tous l'Ordre, une personne prit la parole. Mais en un instant, nous sommes tous téléporté dans une pluie de paillettes dorées. J'avais apparu dans une grande plaine de verdure et non loin se tenait une forêt. Je regardais autour de moi et je vis Alkyrick aussi perdu que moi. Je courut vers lui, heureuse de ne pas être seule.

-Alkyrick ! Qu'est ce qu'on fait là ?! Pourquoi on est pas dans le Hall ?! J'ai peur.. J'avais parlé tellement vite et affolé que j'ai du reprendre mon souffle.

Si on avait été téléporté, tout l'Ordre aussi ! Je sondais les environs et vit que tout le monde était éparpillé sur le continent d'Enkidiev. Mais ce qui capta mon attention fut toutes les énergies négatives que je détectais. Et il y en avait une dans la forêt devant nous. Je sondais plus précisément cette personne inconnue. Elle avait l'air affolé. Je pris la main de Alkyrick et j'avançais à pas très lourds et lents. Après quelques pas seulement, je m'arrêtais net. L'horreur dans les yeux et les pensées. Cette inconnue était une femme, mais pas seulement une paysanne, mais une ennemie. Remplie de terreur, je me mis à pleurer sur moi-même. Je regardais avancer cette femme. Allait-elle nous tuer ? Je me mis à genou et je me mis à prier Vinbieth, le dieu arbre. Elle se remit debout, la femme était à quelques mètres.

Alors, on ne comprends pas trop ce qui se passe ? Ne cherchez pas autour de vous, il n'y a que moi, et deux enfants. Comme on se retrouve. Oh tiens, une amie à toi ? Ou peut-être ... Ne me dit pas que c'est ta petite fiancée! Imaginez les magnifiques petites êtres aux oreilles pointues que vous aurez! J'en ais presque un velour sur le cœur ... Comment les appelerez-vous ? 

Elle marqua une courte pose. Elle regardais Alkyrick comme-ci ils s'étaient déjà vu. Mais ! Peut-être à l'attaque. Oh non.. Mais si cette femme était vraiment celle du combat de Kerosa. On était mort.. J'avais même pas mon arc ! Mes pouvoirs n'étaient même pas perfectionnés..

- Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas ici pour vous faire du mal, du moins, pas vous tuer. Ça m'est interdit par mon cher empereur. Quoique ... Vous pourriez me montrer jusqu'à quel point vous tenez à votre vie. Sans vous tuer, il y a bien des façons que je pourrais vous faire souffrir ... Par qui commencer ...

Je la regardais sans rien dire. Je ne voulais pas répliquer même si elle disait que j'étais la petite fiancée d'Alkyrick. C'était vraiment faux ! Même s'il est séduisant et de ma race. Enfin. Cette dame me faisait vraiment peur. Elle avait un très jolie visage mais elle ne m'inspirait pas du tout confiance. Je regardais l'elfe avec un regard suppliant. Je ne pouvais répondre. Mais en prenant mon courage à deux mains, je commença à parler, d'un ton calme mais stressé.

- Qui êtes-vous ? Moi sa fiancée.. Bien sûr que non. Je suis seulement son amie. Que faites-vous ici ? J'avais la peur de ma vie mais je ne devais pas me décourager pour autant. J'avais quand même du potentiel qui pouvait aider Alkyrick. Je la regardais tournant autour de nous comme de vulgaire bout de viande. Voulait-elle nous manger ? Je changea cette idée immédiatement de ma tête et la regardais. Je devais suivre tous ses mouvements et gestes. Et surtout « Ne jamais tourner le dos à ses ennemis. »


"Il y a pire de ne pas réussir, c'est de ne pas essayer." Anne Robillard.

Loin des regards. [LIBRE]

Evenement 2 : Morwën et Alkyrick CONTRE Saraï
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Sam 9 Aoû - 17:40




Une autre réunion avec la royauté était annoncée. Entre les deux convocations, les chevaliers d'émeraude avaient pu établir une liste plus ou moins détaillée des assaillants de l'attaque surprise. Aujourd'hui, c'était le tour des gouvernants de chaque royaume de planifier une stratégie afin d'éviter le même résultat de la dernière fois, soit celui qui date maintenant d'un mois.

C'était sans plus attendre qu'Alkyrick avait rejoint l'ordre dans la salle d'audience où que cette fameuse réunion allait avoir lieu. Il espérait toutefois que tout allait bien se passer cette fois-ci. Il avait déjà eu assez de dommage, et même que peu de monde avait pu récupérer des combats malgré les plusieurs jours qui séparaient les deux évènements. Dans le trio d'elfe, il était étonné d'arriver le premier, croyant apercevoir son maître chevalier déjà sur place. Prenant place à l'endroit qui lui fit indiquer, il vit Morwën arriver dans sa direction peu de temps après qu'il s'était installé. D'un geste poli, il lui chuchota un « bonjour» en retour avant de lui adresser un petit sourire. Il aurait voulu continuer à discuter avec elle à propos de la journée, ce qui était planifié, de tout et de rien, mais son frère finit par les rejoindre également avant que ce dernier prit place à côté de la magicienne d'Émeraude. Les lèvres de l'elfe s'étirèrent davantage en apercevant son frère quelque peu agité en étant proche de la femme. Ses actions confirmaient son hypothèse à propos de la relation que partageaient ses deux âmes amoureuses.

La réunion avait commencé au moment que la reine d'Émeraude s'était présenté dans la salle et qu'elle avait dit, de son ton de voix, qui est pour le jeune écuyer, mélodieuse, que la rencontre allait débuter. Alkyrick lui sourit tendrement et hocha doucement la tête pour la saluer silencieusement sans savoir si elle avait posé ses yeux sur lui.

Sans vraiment le montrer, il était quelque peu stressé du déroulement de la rencontre. Voir ces têtes haut placées réunies autour de la table, les entendre parler de politiques, de stratégies et d'autres sujets divers, c'était difficile à suivre quand on n'est pas habitué avec plusieurs termes qu'ils employaient. C'était facile de se perdre dans leurs paroles.

Par contre, quelques choses le dérangeaient. Il avait une impression d'avoir une boule au niveau de l'estomac et pourtant, il avait très bien mangé ce matin avant de venir dans cette salle. Le garçon plaça une main sur son ventre pour essayer de tranquilliser son bouleversement. À l'extérieur, ce qui annonçait être une très belle journée ensoleillée sans que le ciel soit couvert de nuage était subitement en train de se transformer. Des grands vents s'étaient levées et une éclaire avait éclaté, ce qui a fait ramollir les jambes de l'adolescent qui détestait ce phénomène. Il n'avait pas eu la chance de se relever que sa vision se perdit complètement dans le néant. Qu'est-ce qui se passe ? Où est-il ?

Malgré la noirceur, il restait assit au sol, les jambes étendues, son regard balayaient son entourage pour capter un objet quelconque, une personne ou une lueur. Il était seul et pourtant, quelques secondes plutôt, il était entouré de plein de gens de différents royaumes.

Il porta à son visage une de ses mains afin de cacher ses yeux de la luminosité qui semblait revenir. Il retira sa main lentement pour adapter sa vision au nouvel éclairage avant de se lever. Une petite brise caressa ses cheveux blonds doucement pendant qu'il analysa les lieux. C'était sûr, il n'était plus dans la salle d'audience du royaume... En fait, il n'était plus à Émeraude tout court ! Son premier réflexe était d'employer son pouvoir de localisation afin de retracer le plus de gens qu'il put. Ce n'était pas un franc succès, car il ne put l'étendre assez loin pour localiser les autres membres de l'ordre, mais il avait pu constater que son amie Morwën se situait non loin de lui.

Kerosa: **Je ne sais pas si vous allez recevoir ce message, mais tout va bien de notre côté, je vais rejoindre Morwën et essayer de trouver un moyen pour vous rejoindre le plus vite que possible. Portez-vous bien.**

Vaut mieux essayer de communiquer que de ne rien faire. Il déposa ses doigts sur le bijou qui était accroché à son cou avant de la glisser au creux de sa paume de main. Il ferma ses doigts dessus l'objet doucement et il pria silencieusement à ce que les cieux protègent les deux enfants inexpérimentés, son frère Kerosa et tous les autres chevaliers de l'ordre. L'elfe soupira légèrement, suivant ses propres paroles, il parvient à rejoindre la deuxième écuyère de son frère aîné. Elle s'était approchée de lui en courant, sentant une vague de soulagement l'envahir en l'apercevant. Il n'était plus seul désormais et même qu'il était en bonne compagnie. À deux, il avait plus de chance de se sortir de ce pétrin et il était maintenant deux têtes pour réfléchir à une quelque solution ou stratégie.

« Ne t'en fais Morwën. On va s'en tirer. Il faut avant tout garder notre calme et notre sang-froid.» Il prit une pause en déposant son regard dans les yeux de la jeune fille affolé lui montrant qu'il ne courait aucun danger. « Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais ce qui est sûr, on doit trouver une façon de retrouver Kerosa ou un chevalier. »

Alkyrick entrelaça ses doigts entre celle de son aînée et la suivit à son même rythme. Il croyait qu'elle avait une solution et contentait de garder la surprise. Le mal de ventre qu'il avait précédemment semblait s'être dissipé, mais quelques choses en lui l'alertèrent de se mettre sur ses gardes.

À la vue de la femme ailée, Alkyrick comprit aussitôt ce que ses sens semblaient lui dire et sortit son épée de son fourreau, le pointant ainsi dans la direction de leur adversaire. Il prit une position défensive, ainsi, si l'ennemi l'attaquait, il serait prêt à contre-attaquer. En réalisant qui était leur adversaire, ses yeux s'écarquillèrent, ses muscles se tendirent, le garçon était sans mot. C'était elle, la rivale de son frère aîné lors de la première bataille ! L'écuyer n'avait pas pu voir le combat entièrement, mais il savait clairement que deux écuyers ne seraient pas de taille contre une guerrière expérimentée comme elle.

Il avala avec difficulté, jetant un coup d'oeil rapide à son amie qui était derrière lui, il fut surpris de la voir à genoux au sol, priant avec les yeux remplit d'eau. Oh ! J'espère que ces prières allaient se faire entendre, car s'il fallait croiser le fer contre l'Empirien, un miracle devait intervenir si les deux êtres elfiques voulaient sortir de cette clairière.

Morwën: ** fait gaffe, elle est très rapide et elle utilise un pouvoir qui permet d'engourdir les membres de son corps, ce qui est totalement désagréable et en plus.**

Ses mains se serrèrent sur la garde de son arme, toujours aussi prêt à défendre la vie des deux adolescents. Il n'avait point envie de croiser le fer avec elle, mais s'il le fallait, il allait le faire avec toute sa détermination et son courage. Alkyrick prit des grandes respirations tentèrent tant bien que mal de diminuer le stress grandissant et de faire disparaître ce petit état de peur qui l'envahi depuis que ses yeux s'étaient posés sur l'Empirienne.

Aux paroles de cette dernière, le garçon ne put s'empêcher de rougir légèrement, ce qui le déconcerta. Il savait que son coeur n'appartenait pas à ce jeune elfe, mais il ne pouvait pas renier qu'elle avait son propre charme et une beauté aussi resplendissante. Certes, elle était de la même race que lui, mais cela ne voulait pas dire que les deux écuyers étaient fiancés. De toute façon, leur titre les empêchait ce genre de relation pour l'instant.

« Elle dit vrai » dit-il suivant les paroles de Morwën. « Elle n'est pas ma fiancée, elle est une amie proche, ma coéquipière, ma soeur d'arme. Ni plus, ni moins.»

Il bougea un peu son épée, en fait, il replaça ses mains sur la garde, faisant de même avec ses pieds. Suivant la règle d'un bon chevalier, Alkyrick ne prévoyait pas utiliser sa lame contre elle tant et aussi longtemps que l'ennemi ne s'était pas armée.

« N-N'avancez plus ! Personne ici ne sortira de cette clairière blessée ou avec une moindre égratignure si vous cessez de bouger. D-Dites-nous simplement ce que vos faites, vos camarades et vous, sur les terres d'Enkidiev ? Que voulez-vous ?»

Le coeur du garçon battait la chamade, il avait une impression qu'il allait sortir de son corps ou même exploser sur place. Il ne savait pas où qu'il détenait ce courage soudain pour tenir tête à cette étrangère, mais il espérait toutefois que s'il devait faire un duel ou qu'il allait se passer quelque chose entre cette femme et lui, que Morwën allait s'en sortir pour ainsi atteindre leur maître-chevalier. Après tout, un faux mouvement peut être fatale, que ça soit pour lui, pour son amie ou même pour son adversaire actuel. Si les paroles de la femme à plumes disaient vrai, leur vie ne leur serait pas enlevée, mais comment on fait pour croire une personne qui a fait du mal à un membre de sa famille. Une personne qui fait partie d'un groupe de meurtriers, ceux qui ont enlevé des centaines de vies à Émeraude le mois dernier. Ceux qui ont troublé le coeur de son âme soeur, troublé la tranquillité d'Émeraude, ceux qui ont pillé, brûlé, égorgé et même mangé des êtres innocents...

« Je serai votre adversaire si vous cherchez vraiment le trouble, mais ne faite pas de mal à Morwën.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Lun 11 Aoû - 11:36




Armure de combat:
 

Contrairement à ce qu'elle aurait cru, l'elfe masculin ne fut pas le premier à réagir à sa présence. La petite blonde était un délice à voir pour ses yeux. Avant même que l'Impératrice n'ouvre la bouche pour parler, la gamine était déjà en train de pleurer, à genou en train de ... prier ? Hilarant ! Saraï eut un rictus contrôlé, les yeux rivés sur la petite écuyère qui faisait pitié à voir. Ce n'était certainement pas avec des enfants pareils qu'ils allaient en baver. La menace ne venait pas des enfants, mais des chevaliers déjà en place et surtout, de cette satanée magicienne. La peur que Morwen dégageait faisait frissonner la femme chevalier vêtue de noir. Sentant un picotement partout sur sa peau. L'attention de l'hybride était complètement tourné vers la pleurnicharde, ne remarquant à peine l'autre qui était pourtant dans son champ de vision.

Par télépathie, son fils lui répondit entre-temps, détournant son attention momentanément vers la direction où elle sentait son énergie. Sa réponse l'a fit sourire intérieurement, son petit guerrier ... Elle en était fière! Puis alors qu'elle tournait finalement son attention vers Alkyrick, l'empereur lui répondit à son tour. Au même moment, l'elfe venait de lui bredouiller de ne pas avancer plus. Plongeant ses yeux bleus dans les siens, Saraï ne le quitta pas du regard alors qu'elle retenait son souffle en écoutant la voix de son mari dans sa tête. Tout ça commençait à l'ennuyer, réellement ? Et pourtant, c'était ce qu'ils étaient, le principe d'amour et de haine à la fois, non ? Avec une colère assourdissante envers la situation, la femme de l'empire hésita nettement. Il leur avait interdit de tuer, ce serait tout sauf ennuyeux pour lui qu'elle désobéisse ? L'envie de les tuer tous les deux sur le champ lui démangea les plumes, tellement qu'elle dut reculer d'un pas en posant de nouveau les yeux sur Morwen. Elle aimait les défis et il n'y avait absolument rien de stimulant dans cette rencontre, surtout avec les contraintes qu'on lui imposait. Ne devrait-elle pas être en mesure d'imposer sa propre volonté elle aussi ? Pourquoi serait-ce uniquement à lui de commander ?

Avec une hargne évidente, ne cachant plus son étât d'esprit, l'hybride de l'empire lui siffla entre ses dents :

- Oh et quoi, je te dis ce que nous sommes venus faire et c'est tout ? On s'en va chacun de notre côté après avoir discuté un bon coup ? Es-tu certain d'avoir toute ta tête pour me poser une question aussi dépalcée ? Tu vois bien que vous n'êtes pas en bonne position, même si vous êtes deux et que je suis seule. Sais-tu seulement quel âge que j'ai ?

Puis Saraï se rappela de leur dernière rencontre, affichant maintenant un léger sourire compréhensif.

- Je vois ... Tu ne veux pas que j'approche pour cette raison ? fit-elle en lui désignant ses propres bras. Tu as ma parole petit, que je n'utiliserais pas cette capacité aujourd'hui sur vous, si ça peut te rassurer. Regarde.

Avec toute sa tête et son sens de jugement, la femme chevalier mit d'un geste très lent la main sur la garde de son arme, l'a sortant de son fourreau attaché à sa ceinture. L'a tenant mollement, elle l'a laissa tomber beaucoup plus loin derrière elle, ainsi que toutes les autres petites armes blanches qu'elle avait sur elle. La voix de l'empirienne était difficile à déceler. Était-ce de la sincérité ou du bluff total ?

- En fait, nous allons tous utiliser notre magie, vous d'abord bien entendu. Montrez-moi ce que vous savez en faire, faites-moi reculer, défiez-moi! Je n'ai pas l'intention de vous laisser repartir d'ici sans aucune égratignure. La sentence de mort n'est pas pour vous, mais la souffrance n'est pas exclue. Je vous dirai pourquoi nous sommes ici, après que vous m'ayez fait craché les réponses. Allez, attaquez!

Saraï tenait ses paumes bien en vu le long de son corps. Elle n'avait aucun bouclier de levé et ne bougeait pas d'un cil. Allaient-ils se prêter au jeu ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Dim 17 Aoû - 14:45




[ HRP : Allez hop mes amours, faut répondre ^_^ Déjà 7 jours que c'est posté ( ou 6 ) ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Mar 19 Aoû - 23:30




En l'écoutant parler, Alkyrick devait se rendre à l'évidence qu'elle apporta de très bonnes argument contre ses propres dires, mais sous le coup du stress, il n'avait pas eu la chance de réfléchir clairement pour ainsi donner une réponse ayant du sens.

''J-Je... Nous connaissons peu sur vous, il m'allait de soi de vous connaître davantage. Surtout que c'est la deuxième fois qu'on se rencontre soudainement.''

La première fois n'étant pas un beau souvenir; l'engourdissement de ses membres, les combats séparés, son frère baignant dans un bain de sang, l'écuyer d'émeraude ne doutait pas que cette retrouvaillen'aille pas être un cadeau. Il avait même de forte chance de s'en sortir dans le même état, ou pire, ne pas s'en sortir du tout. Le contraire pourrait plausible, mais là, un miracle devrait se réaliser.

Voyant l'ennemi approcher sa main vers la manche de son armeprincipale, même si le mouvement était très lent, Alkyrick ne put s'empêcher de serrer sa poigne sur sa propre garde, levant ses bras de quelque peu au passage. Il était toujours en alerte, prête à contre-attaquer, mais les gestes suivants le déconcertèrent. Elle jetait vraiment ses armes au loin . Combien en avait-elle sur elle ? Le seul garçon présent dans la clairière était surpris d'y voir autant de lames jeter derrière elle, mais au fond de lui, il était rassuré de savoir qu'ils ne seront pas plantés dans son jeune corps svelte. Ses yeux étaienttoujours posés sur l'Empirienne et il attendait que la femme ailée ne soit plus équipée pour ranger son épée d'apprentie dans sous fourreau comme un bon chevalier se doit de faire lorsque son adversaire n'était pas/plus armée. C'était une question d'honneur, et même si la vie des deux adolescents était en péril, il devait respecter cette règle d'or.

Elle était agressive, ses mots étaient lourd et provoqueur, ce qui était mauvais signe, car ses attaques pouvaient être doublées en force. Si les elfes réussissent à trouver un (le) point faible, il serait possible de renverser la situation en leur faveur. Dans un tel état, notre esprit est trop embrouillé par les émotions pour réfléchir clairement et il plus dechances que l'ennemie fasse un faux pas. Mais les mots de la femmepesaient sans cesse sur les épaules d'Alkyrick, sentant la pression augmenter à chaque mot prononcé. Une énergie fit son apparition à ses pieds, comme si le garçon était en train de récolter l'énergie de la terre. Cette énergie parcourut ses jambes, son ventre, sa poitrine avant de se diriger vers ses bras, ses mains et pour finir le chemin au bout de ses doigts.

Il n'avait rien pensé, il n'avait pas réfléchi. Un seul mot résonnait dans sa tête, le mot " attaqué ". C'était un ordre, que ça soit des alliés ou de l'ennemi, sans songer à ses prochaines actions, le garçon leva le bras et dirigea sa paume dans la direction de l'adversaire. L'énergie supplémentaire qui avait pris naissance dans son corps bouillonna et n'avait qu'une seule envie, sortir en fureur de sa cage fait en chair elfique. L'écuyer envoya une boule d'énergie, onde de choc, vers la femme ailée. Il n'avait pas eu la chance de constater le dégât qu'il avait causé, s'il avait manqué son coup ou s'il avait bel et bien touché sa cible, car il avait perdu l'équilibre et tomba au sol, le postérieur en premier. Il frotta vigoureusement la main qui avait lancé l'attaque, sentant une étrange sensation au niveau de sa paume, des picotements envahir la zone où que le pouvoir avait sorti.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Morwen et Alkyrick CONTRE Sarai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Douillet contre Bakchich

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Coin détente :: ▬ Événement#2-