Forum inspiré de la saga d'Anne Robillard
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .

Rencontre au sommet et plus si affinité (pv Vassilios)

REINE DE PERIDOT
avatar
Jeu 28 Aoû - 11:27
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Le couronnement de la reine d’Emeraude m’avais permis de mesurer mes forces fasse aux ennemis, mais également d’identifier les régents des différents royaumes. Chacun avait attisé ma curiosité mais il y en avait un qui m’avait particulièrement marqué. Le roi elfe. Qui était-il ? J’en savais très peu au sujet de cette espèce qui semblait si particulière. Sous ces airs si parfaits, que pouvaient-il cacher?

De mon propre chef, je décidais donc d’envoyer un courrier au Roi d’Estolie, lui demandant une entrevue afin de faire connaissance. Père m’avait toujours appris à avoir confiance en moi et à aller au bout de mes idées.

- Envoyez cette lettre au roi d’Estolie je vous prie.

La servante s’inclina respectueusement, je lui rendis son respect en inclinant doucement la tête à mon tour.  Puis elle tourna les talons.

Quelques jours plus tard, la réponse me parvint. Il acceptait de me recevoir dans son royaume. J’allais enfin découvrir ces êtres. Ameno allait m’accompagner pour ce voyage.

- Préparez mes affaires et dites aux gardes d’organiser une équipe pour m’accompagner à Estolie. 4 hommes maximum, je tiens à rester discrète. Et appelez le Capitaine au château, que je lui donne mes instructions avant de partir.

- Bien votre majesté.

Le lendemain matin, je me levais, prenais mon petit déjeuner et accueillais mon Capitaine des Armées dans la salle du trône. Je lui donnais mes dernières instructions en lui demandant de veiller sur Péridot en mon absence. Il savait comment je gouvernais, il devait donc  s’en occuper de la même manière. J’avais absolument confiance en lui, il était rentré dans l’armée de Péridot sous le règne de mon père. A sa mort, il avait été là pour me soutenir dans cette rude épreuve. Et pour chaque bataille, ses conseils étaient toujours avisés.

Je partis en direction des écuries lorsqu’une petite fille vint me voir. Elle me demanda si je partais pour longtemps. Malgré les réprimandes de sa mère, je l’excusais et lui expliquais que ma fonction m’obligeait à faire certaines choses, mais que je reviendrais bientôt. Je la vis ensuite s’éloigner avec sa mère toute heureuse.

Le voyage se passa sans encombre. Hormis quelques villageois qui nous demandaient parfois leurs routes, rien de dangereux n’arriva. Après quelques jours de voyage, nous étions arrivés aux frontières du Royaume d’Estolie. Cet endroit était magnifique. Des forêts à perte de vue, tout ici semblait si apaisant.
C’était un vrai plaisir de se balader sur ces terres. Excelsior et Ameno semblaient d’une grande excitation. Ils n’avaient aucunement peur, au contraire. Ils bouillonnaient de joie. Les chevaux de mes gardes semblaient eux aussi de très bonne humeur. Etait-ce cet endroit qui les rendait comme ça ?

Quelque chose me dérangeait : j’avais l’impression d’être observée depuis notre entrée dans ce royaume. Peut être que je rêvais. J’avais prévenus mes hommes de garder leurs sens en éveils au cas où.

Après quelques heures, nous parvenions à voir un attroupement de tentes. C’était le plus important de tous ceux que nous avions croisé. Cet endroit bourdonnait de gens, une véritable ruche.

Je demandais à deux de mes gardes de rester à cheval, de rester aux aguets mais ne pas être inconvenant envers les elfes. Un autre garde devait tenir les chevaux et le dernier m’accompagnait pour rechercher le roi des Elfes. Ameno m’accompagnait et nous commencions à nous mêler aux elfes dans l’espoir de trouver ce roi. Je n’arrivais pas à dire si ils aimaient ou non notre visite. En tout cas, notre venue n’était pas passée inaperçue. Tout le monde nous dévisageait.

Je vis alors un jeune elfe et allais le voir.

- Bonjour, je suis la reine Edanna de Péridot. Je souhaiterai rencontrer votre roi. Pouvez me dire où il est, s’il vous plaît ?

Un minimum sur la défensive, il nous indiqua gentiment une tente. Je le remerciais et partais pour cette tente. Une fois devant, je m’éclaircis la voix en parlant plus fort.

- Excusez-moi, il y a quelqu’un ? Suis-je bien à la tente du Roi Vassilios d’Estolie ?

Je restais là, plantée comme un arbre, un garde derrière moi et Ameno à mes côtés, attendant que quelqu’un daigne sortir de cette tente.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Jeu 28 Aoû - 12:04
Voir le profil de l'utilisateur



Vassilios avait laisser le temps réparé les meures de ces sujets, il était vrai que les elfes étaient des êtres sensibles, l'attaque du royaume d'émeraude avait toucher les elfes. Tant de haine et de tristesse en une seule journée, la guerre n'était vraiment qu'un abomination créer par les êtres vivants, la soif de pouvoir et la haine n'était pas les seules ambitions de cette guerre qui avait été provoquer quelque chose de plus profond toucher le continent mais quoi ? Le roi elfe avait réussi a faire voté a ces clans même les plus radicaux d'aidé les humains dans cette guerre, les fées n'avaient pas encore élue de roi donc ils devaient se soumettre au choix du seul roi d'Estolie. Quelques jours après son conseil Vassilios reçu une lettre d'un autre royaume la reine de Péridot voulait le rencontré, la réponse du jeune roi fût positive il ne pouvait refusé une demande d'un royaume extérieur lui qui voulait ouvrir son royaume au reste du monde.

Il se prépara donc pour cette rencontre, enfin il demande juste a ces habitants d'être le plus aimable possible, a peine la reine avait mis le pied dans la forêt que le roi était au courant, les elfes étaient certes des créatures craintif mais ils avaient appris a utilisé leur pouvoir en lien avec la nature pour surveiller les gens qui rentrait et sortait. Personne ne pouvait sortir ni entré dans la forêt sans que le roi soit au courant ou qu'un elfe ne soit au courant. Vassilios était en train de fumer son tabac quand la jeune femme arriva dans sa tente, il l'entendit parler il ne sentait aucune émotion, il était venu sans intention hostile c'était déjà sa. L'elfe mis sa cape ornée de diamant et de saphir sur les accroches de sa tunique noir. le blason du royaume des elfes étaient inscrit sur son torse et l'arrière de sa cape, il posa sa pipe sur la table en face de lui et enleva son pouvoir de camouflage se laissant apparaître au milieu de la salle.


- Bonjour Lady Edanna vous êtes bien dans ma tente. Je me présente je suis Ciryatan Vassilios roi du royaume d'Estolie. Je vous souhaite la bienvenue dans mon humble demeure.

Levant la tête vers elle il remarqua l'aura blanche autour d'elle, le roi savait se que sa voulait dire, mais il devait d'abord faire plus ample connaissance avant de parler de se genre de chose a une inconnu.

- Prenez place je vous en pris.

Le roi laissa son invité se placer comme elle le voulait, il n'y avait pas de chaise juste des coussins un peu partout dans la tente une façon différente d'avoir du confort.
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Jeu 28 Aoû - 13:23
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Je me trouvais donc dans une tente. J’ignorais si c’était celle du roi des Elfes. Mais j’eus ma réponse lorsqu’un elfe fit son apparition. Je sursautais  en le voyant apparaître, pas comme par magie mais presque. Derrière moi, Ameno et mon garde étaient sur la défensive. Je fis signe à Ameno et à mon garde de se calmer.

- Bonjour Lady Edanna vous êtes bien dans ma tente. Je me présente je suis Ciryatan Vassilios roi du royaume d'Estolie. Je vous souhaite la bienvenue dans mon humble demeure.

Qu’il me dise qu’il était la personne que je recherchais ne me rassurait qu’en partie. Car le fait qu’il soit apparut comme ça, m’encourageait à me méfier de cet elfe, aussi gentil puisse-t-il paraître.

- Prenez place je vous en pris.

Je lui fis un signe tête pour le remercier et m’asseyais sur un des coussins présents. C’était bien différent de Péridot, c’est vrai, mais ça amenait à de nouvelles découvertes, de nouvelles cultures. Ameno, s’assit à côté de moi mais mon garde resta debout lui, au garde à vous.

Une fois assise, je regardais le roi des elfes et le dévisageais. Au premier regard, il mettait tout de même relativement mal à l’aise. Sa longue chevelure noire, ses yeux brun intenses, sa taille fine. Sans compter que ses sombres habits : cape de saphir et de diamant, tunique noire ; n’aidaient pas non plus. Mais comme tout être vivant, ce que l’on voulait faire paraître n’était toujours qu’une infime partie de ce que nous étions réellement. Et puis il ne semblait pas méchant, mais plutôt respectueux et poli. Alors peut être faisait-il moins peur quand on commençait à le connaître.

Je ne savais pas vraiment quoi lui demander. Sans trop l’irrité. Ne connaissant pas cette espèce, peut être qu’il y avait certains sujets qui fâchaient comme pour nous. Je commençais à poser ma première question, légèrement gênée bien que tentant de tout faire pour rester zen et me montrant le plus royale possible.

- Alors Sir Vassilios, comment va votre peuple suite à cet attaque à Emeraude ? Et vous ? Comment allez-vous ?

Étrangement, cette question me calma instantanément. J’éprouvais toujours un réel intérêt pour les autres, peut importe leur espèce, leur origine,… Et le fait de savoir qu’ils allaient bien me rassurait au plus haut point. C’était peut être pour ça que j’étais si proche de mon peuple. Mère m’avait, à maintes reprises, réprimandé parce que j’étais trop proche du peuple, parce que je ne me conduisais pas comme une personne « de mon rang ». Mais cela m’était égal. Au fond de moi, je savais très bien que « sans peuple, il n’y a pas de royaume ». Cette phrase était d’ailleurs devenue ma phrase fétiche.

J’attendais donc patiemment la réponse du Roi des Elfes tout en caressant la tête d’Ameno qui avait commencé à se détendre à son tour.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Jeu 28 Aoû - 14:53
Voir le profil de l'utilisateur



Vassilios regarda ces invités être sur la défensive, il est vrai que apparaître dans une pièce d'un coup sa pouvait faire un peu peur. Mais pour l'elfe c'était habituel si il ne voulait pas être déranger il devait faire cela. Il laissa donc ces convives s’asseoir avant de le faire a son tour, il regarda ensuite les invités un par un, la bête avec la jeune femme ne lui disait rien de bon, il est vrai que les fauves restaient des bêtes sauvages. Mais il avait étrangement confiance en cette femme qu'il connaissait a peine, elle prit la parole une fois installer, le roi elfique fût un peu étonné de sa question personne ne se préoccupé du peuple sylvain et de son lointain cousin.

Prenant sa pipe à la main il aspira un peu de fumer avant de la recracher dans un petit nuage. L'elfe soupira légèrement avant de prendre la parole.


- Mon peuple et moi même avons ressenti et partager la tristesse et la colère du continent. Nous avons décidé de suivre le royaume d'émeraude dans cette guerre. Mais il est vrai que ce carnage nous a bien touché surtout que j'étais présent là bas. Notre deuil a été fait nous ne regardons pas en arrière.

Le roi elfe passa sa main sous son menton avant de reprendre la parole.

- Je présume que vous n'êtes pas venu ici pour me demander comment je vais... Je vous en priez posé vos question je répondrais dans la limite de ma connaissance.

Vassilios lâcha un petit sourire après ces paroles il savait pertinemment que la reine c'était déplacer pour autre chose que se genre de question il attendait donc ces question avec un pointe d'impatience.
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Jeu 28 Aoû - 15:54
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


- Mon peuple et moi même avons ressenti et partager la tristesse et la colère du continent. Nous avons décidé de suivre le royaume d'émeraude dans cette guerre. Mais il est vrai que ce carnage nous a bien touché surtout que j'étais présent là bas. Notre deuil a été fait nous ne regardons pas en arrière.

La tristesse, la colère… Ainsi ils pouvaient ressentir tous les sentiments sur tout le continent ? Ils devaient être dotés d’une grande sensibilité.

Lorsqu’il me dit que son peuple et lui décidaient de suivre Emeraude cela me surpris un peu. Pourquoi « suivre » le royaume d’Emeraude ? Normalement tous les royaumes devaient se sentir concerné. Et pourtant, Estolie semblait avoir « le choix ». Pour quelle raison ? Maintenant que j’y pensais, on ne parlait que peu des elfes, de leur royaume, de leur coutume, de leur style de vie. Ce peuple devait être très refermé. En arrivant, j’avais tout de même l’impression d’être dans un simple village. Les habitants nous avaient peut être trouvés étrange, mais pour moi, il n’y avait rien de surprenant chez eux. Ils vivaient comme les humains, avec des oreilles pointus et une sensibilité en plus.

Il n’empêche, j’admirais ce peuple. Le roi semblait avoir la tête sur les épaules. Malgré le fait qu’il ait été présent au couronnement de la nouvelle reine d’Emeraude qui s’était fini de manière bien triste, il poursuivait sa route. Il ne « regardait pas en arrière » comme il l’avait dit. Et son peule le suivait. Il devait sûrement être un roi apprécié de ses sujets. Il était bien dommage que l’espèce humaine ne soit pas comme ça… Constamment en train de vivre dans le passé, dans le regret… Cet état d’esprit ne se gagnait qu’avec le temps. Chez les elfes, cela semblait… plus naturel.

- Je présume que vous n'êtes pas venu ici pour me demander comment je vais... Je vous en prie posé vos questions je répondrais dans la limite de ma connaissance.

Tiens ! Maintenant il m’invitait à lui poser des questions. Sans doute avait-il pris conscience de la différence entre les humains et les elfes. Je ne les trouvais que peu différents. Je lui posais tout de même ma première question.

- Je vous remercie Messire. Avant tout sachez que même si mon inquiétude pour votre peuple n’était pas la raison principale de ma venue, même si il ne s’agit pas de mon peuple, j’aime savoir comment va celui de mes confrères royaux. Je marquais une petite pause pour apaiser mon sens du direct un peu trop prononcé. Mais j’admets que quelque chose me tracasse à votre sujet, et j’espère ne pas vous ennuyer avec ma question. Alors dites moi, pourquoi votre peuple est il si peu présent dans les livres, d’une si grande discrétion dans les rues des royaumes voisins. Pour ma part, je n’ai jamais vu d’elfe. Vous semblez être un peuple renfermé. Pour quelles raisons ?

Une très légère tension me parcourut. J’espérais de tout cœur ne pas avoir froissé le Roi des Elfes. Je cherchais à créer un lien entre les royaumes afin que le continent devienne plus fort, et ce n’étais pas le moment de me faire une bêtise avec des paroles mal placées. Ameno ressentit ma tension et se leva. Prenant une position de défense envers la seule personne étrangère à elle: le Roi Elfes Je la réprimandais avant que le souverain ne le prenne mal.

- Ameno ! Ca suffit ! Assis toi maintenant ! Elle respecta mon ordre et alla même jusqu’à se coucher pour montrer qu’elle en était désolée. Je repris avec une voix plus douce en lui caressant la tête. Il n’y a rien à craindre de sa part d’accord ? Puis elle se mit à ronronner, ce qui me fit sourire.

Elle était toujours d’un grand respect, lorsque je lui donnais un ordre elle l’exécutait sans rien dire. Les seules fois où elle ne le faisait pas, c’était lorsqu’elle sentait un véritable danger. Dans ses moments là, je savais que je de vais me tenir sur mes gardes.

Malgré l’attention que je portais à Ameno, je n’en oubliais pas Vassilios.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Jeu 28 Aoû - 18:10
Voir le profil de l'utilisateur



Vassilios regarda cette jeune femme, l'aura des âmes soeurs tournait autour d'elle, une belle lueur blanche, le roi avait entendu parler de ce genre de phénomène dans les récits des anciens, les elfes n'écrivaient depuis longtemps ils transmettaient tout leurs savoir par la parole. Le jeune roi se souvenait exactement des paroles de son père la dessus, une âme faite pour compléter l'autre, donc c'était une humaine qui devait le compléter, c'était un peu ironique pour un roi qui voulait ouvrir son royaume au reste du monde, mais il ne pouvait pas parler de sa pour le moment, il garda sa pensé pour lui écoutant la jeune femme parler.

La question de la jeune femme le fit un peu sourire, elle avait toucher une corde sensible dans la vie des elfes, mais il était vrai que personne ne pouvait poser cette question car les humains avaient très peu d'occasion de rentré dans cette forêt. Vassilios prit son inspiration avant de prendre la parole.


- Votre action me touche Lady Edanna, il est rare de voir des personnes royales se soucier de leur peuple. Pour ce qui est de l'absence de mon peuple dans le continent c'est très simple. Notre peuple est de nature très craintif quand certain clan eu de quitter notre île natale, ils prirent le continent d'enkidiev en sympathie, de grande étendue a perte de vue, mais il était déjà occupé par deux races, les humains et les fées. Nous avons observés longuement vos deux races, puis nous nous sommes rapprochés des fées qui nous ressemblais un peu plus. Certain de nos clans sont aussi des radicaux qui ne tolèrent pas le contact avec d'autres races c'est pour cela que très peu d'elfe ce déplace dans le continent. L'appel du Roi d'émeraude ma permis d'ouvrir un peu mon royaume aux autres, permettant de montré que nous sommes la. Je suis devenu roi pour ouvrir le royaume d'Estolie au monde.

Vassilios remarqua la panthère qui eu une attitude un peu défensive, elle avait du sentir un sentiment, les bêtes étaient souvent aussi doué que les elfes pour cela. Mais le roi n'en tenait pas rigueur d'ailleurs la bête écouta rapidement les ordres de sa maîtresse.

- Une bête magnifique c'est rare de les voir écouter un être humain. Parlez moi un peu de vous et de votre royaume je ne connais pas votre territoire, ni même vos coutumes. Puis on pourra ainsi appliquer le principe de l'échange équivalent qui est très chère a mon peuple.

L'elfe inspira un peu de fumer attendant une réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Ven 29 Aoû - 16:20
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


- Votre action me touche Lady Edanna, il est rare de voir des personnes royales se soucier de leur peuple. Pour ce qui est de l'absence de mon peuple dans le continent c'est très simple. Notre peuple est de nature très craintif quand certain clan eu de quitter notre île natale, ils prirent le continent d'enkidiev en sympathie, de grande étendue a perte de vue, mais il était déjà occupé par deux races, les humains et les fées. Nous avons observés longuement vos deux races, puis nous nous sommes rapprochés des fées qui nous ressemblais un peu plus. Certain de nos clans sont aussi des radicaux qui ne tolèrent pas le contact avec d'autres races c'est pour cela que très peu d'elfe ce déplace dans le continent. L'appel du Roi d'émeraude ma permis d'ouvrir un peu mon royaume aux autres, permettant de montré que nous sommes la. Je suis devenu roi pour ouvrir le royaume d'Estolie au monde.

Alors c’est si rare que ça les êtres royaux se souciant de leur peuple ? C’était bien dommage. Pour la vie d’un royaume, le peule était pourtant essentiel. Mais plus il expliquait, mieux, je comprenais leur réaction. Naturellement craintif, et étant traités différemment, leur comportement était normal. Mais je trouvais cela tout de même dommage. Selon moi, aucun peuple ne devait rester de son côté.

Plus le temps passait, plus ce roi me surprenait. J’étais à la fois surprise et fascinée par cet Elfe. Contrairement aux autres membres de son espèce qui, pour la plupart, ne souhaitaient pas avoir de contact avec les humains, ce jeune roi, lui tentait de leur ouvrir l’esprit à d’autres horizons. Ce qui ne devait pas être chose aisée.

Suite à l’action d’Ameno, il répondit :

- Une bête magnifique c'est rare de les voir écouter un être humain. Parlez moi un peu de vous et de votre royaume je ne connais pas votre territoire, ni même vos coutumes. Puis on pourra ainsi appliquer le principe de l'échange équivalent qui est très chère à mon peuple.

Je continuais de caresser la tête d’Ameno, qui s’était considérablement calmée. Sur les paroles de l’elfe à son sujet, elle s’était levée et avait fièrement redressé la tête ce qui me fit doucement rire. J’avais une confiance totale en cette panthère et elle en moi. Ensuite, il me demandait de lui parler de Péridot. Que pouvais-je bien dire à ce sujet ? C’était si vaste… Je me lançais tout de même, répondant à toutes ses remarques depuis tout à l’heure.

- Vous trouvez cela si rare que ça des membres de la royauté se souciant du peuple ? Ces personnes n’ont peut être pas compris que le peuple est essentiel pour la survie d’un royaume. J’aime à dire que « sans peuple, il n’y a pas de royaume ». Et je trouve dommage que vous vous renfermiez, car ça amène à un manque de connaissance de votre espèce et donc de la peur de la part des êtres humains. C’est donc ainsi que naissent des préjugés. Mais vous, vous semblez vouloir cette ouverture au monde. Une action bénéfique pour les 2 races. Je vous admire pour cela, vous savez.

Voilà mon sens du direct avait fait surface une fois de plus. Je me voulais secrètement d’avoir utiliser les termes « race » et  « espèce ». Le les trouvais péjoratifs et ils laissaient entendre que les elfes étaient d’une très grande différence, ce qui n’était pas tout à fait vrai. Je repris.

- Je vous l’accorde, ce ne doit pas être courant de voir un animal sauvage à la base, écouter si bien un être humain. Mais rassurez-vous, son éducation n’a pas été de tout repos. C’est moi qui me suis occupée d’elle, je l’ai emmenée partout avec moi pour lui faire découvrir mon monde et avec le temps, elle est devenue ma plus fidèle amie. Et j’admets qu’une amitié entre une humaine et une panthère ne doit pas être courante. dis-je en riant nerveusement. Au sujet de mon royaume… Je ne sais pas trop quoi vous dire. Nous vivons simplement. Nous avons des croyances et donc des dieux. Notre vie est basée sur l’agriculture. Sinon… J’ignore quoi vous dire d’autre. Je marquais une petite pause tout en réfléchissant à ce que je pouvais lui dire. Une idée me vint soudainement. Ma foi, si vous souhaitez mieux comprendre nos habitudes, laissez moi vous faire découvrir mon royaume en vous invitant. Comme j’ai visité Estolie, vous visiteriez Péridot et le principe d’échange équivalent auquel vous semblez tant tenir, sera respecter. Qu’en pensez-vous ?

J’étais assez fière de mon idée et espérais qu’il réponde positivement à ma demande. J’étais également curieuse d’en apprendre plus sur cette espèce. J’attendais donc sa réponse.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Ven 29 Aoû - 21:13
Voir le profil de l'utilisateur



Vassilios passa main sous son menton, pour une fois qu'il recevait de la visite d'un autre royaume, il était pensif. La jeune femme le perturbé un peu, son âme-soeur était devant lui, il voulait lui en parler mais si il voulait annoncer ce genre de chose a une personne de son rang sa serait en privé pas autrement. Mais le pire de tout cela c'est que le roi ne savait pas par quoi commencer si cela devait arriver, il n'était pas ce genre d'homme qui pouvait déclaré sa flamme d'une seule fois, au contraire il prenait son temps, a vrai dire il n'avait jamais essayer. On lui avait proposer des femmes pour se marier le roi avait tout refusé pour le jour où son âme-soeur apparaîtra. Ce jour est arriver mais il ne peut rien faire, heureusement que la jeune femme se mit a parler pour le sortir de se genre de pensé. Il fuma son tabac tout en écoutant la reine, les paroles de cette dernière le touchait, il inclina la tête en guise de remerciement.

Puis la jeune femme repris la parole, la panthère n'était pas facile a dresser donc ce n'était pas une personne normal qui pouvait faire cela. Certaine personne naisse avec un don sans que celui ci soit magique, juste que les gens avaient certaine facilité a faire une chose et pas d'autres. Le roi savait jouer de n'importe quel instrument par exemple. Il écouta la suite de ce que la jeune femme avait à dire elle l'invité a découvrir par lui même son territoire il lâcha un petit sourire avant de répondre.


- Sa sera avec grand plaisir. Je pense que le mieux est que je vous accompagne quand vous aurez décidé de partir de mon royaume. Pour le moment vous êtes mon invité donc restez le temps qu'il vous plaira.

Vassilios lâcha un petit nuage de fumer, attendant d'autre question de la part de son invité.
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Dim 31 Aoû - 11:38
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


- Sa sera avec grand plaisir. Je pense que le mieux est que je vous accompagne quand vous aurez décidé de partir de mon royaume. Pour le moment vous êtes mon invité donc restez le temps qu'il vous plaira.

Sa réponse me faisait plaisir ! Depuis tout le temps que j’avais passé à Péridot, seule, j’allais enfin avoir de la visite. Car la vie de château était belle, il n’y avait pas de soucis de ce coté là mais à force, cela devenait long et fatiguant. Sans compter qu'il ne se passait pas forcément beaucoup de choses. C'était en partie pour ça que j'avais choisi d'être une reine guerrière, pour mettre un peu de piment dans ma vie. J’allais même faire visiter mon royaume à d’autres personnes ! Quelle joie cette réponse me faisait !

- Je vous remercie à la fois pour votre invitation à rester, pour le fait que vous ayez accepté de m’accompagner lors de mon départ mais également pour votre accueil, Sir Vassilios. Et pour ne pas trop vous déranger, je ne pense rester qu’une semaine.

Cette durée était à double tranchant. Si effectivement les Elfes respectaient autant ce principe d’échange équivalent, le Roi Elfe resterait certainement autant de temps à Péridot, soit une semaine. Et bizarrement, cette idée calma ma joie. Je ne savais pas trop ce qu’il se passait mais je me sentais rassurée lorsqu’il était là. Une impression que je n’avais jamais ressentie avant. C’était un sentiment à la fois discret et si bien placé dans le temps que je parvenais à faire la différence entre les deux instants.

Lorsque je parlais j’avais également observé le souverain devant moi. Il semblait ailleurs. A quoi pouvait-il bien penser ? Ce n’étaient pas mon discours qui l’avait ennuyé puisqu’il semblait y montrer un certain intérêt. Alors qu’est ce qu’il pouvait bien le déranger ? Toujours en suivant mon instinct, je décidais de creuser un peu plus la question, quitte à passer pour une reine un peu trop curieuse.

- Pardonnez ma curiosité Messire mais vous semblez préoccupez ? Quelque chose ne va pas ?

A nouveau, une tension me parcourut. Mais cette fois, Ameno ne réagit pas. Elle semblait avoir compris qu’il n’y avait rien à craindre et que le problème ne venait que de moi.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Mer 3 Sep - 7:37
Voir le profil de l'utilisateur



Après les quelques paroles qu'il avait dit le monarque elfe pouvait sentir la joie dans le coeur de la jeune femme, ceci le fit sourire légèrement, les sentiments étaient une chose si facile a ressentir pour les elfes. Mais il n'est pas rare que ces derniers soit néfaste pour le moral et pour les actions de certains, les elfes agissaient selon leur sentiment le plus souvent c'était dans le bonheur mais la colère pouvait en faire des êtres méchants et méprisables. Il écouta la jeune femme parler elle voulait rester une semaine dans le royaume d'Estolie une chance pour le monarque qui aurait la chance de faire plus connaissance avec elle pendant cette période.

Peut-être pourrait il se rapprocher d'elle et ainsi lui parler de cette aura blanche qu'il voyait autour d'elle, son âme soeur ne pouvait pas la voir étant donner qu'elle n'était pas un être magique, mais elle devait sentir quelque chose vers Vassilios enfin ce n'était peut-être pas le cas. Les paroles de la jeune femme fit sortir une nouvelle fois sortir le roi de ces pensés elle allait finir par pensé que c'était un mauvais hôte.


- Désoler Lady Edanna, il est vrai que quelque chose me préoccupe un peu mais je préfère vous en parlez plus tard. Vous voulez que je vous montre un peu la forêt ce n'est pas qu'un tas d'arbre vous verrez cette endroit peu être magique.

Le roi ce leva doucement puis s'avança vers la jeune femme lui tendant la main pour l'aider a ce lever, il aurait peut-être l'occasion de lui parler a ce moment la.
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Mer 3 Sep - 9:04
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


- Désoler Lady Edanna, il est vrai que quelque chose me préoccupe un peu mais je préfère vous en parlez plus tard. Vous voulez que je vous montre un peu la forêt ce n'est pas qu'un tas d'arbre vous verrez cette endroit peu être magique.

Alors comme je le pensais, quelque chose le travaillait. Mais quoi ? Sans doute m’en parlerait-il plus tard comme il l’avait dit. Mais que pouvait-il bien y avoir ? Une potentielle attaque ? Une maladie qui sévissait ? En tout cas, cela semblait bien le perturber.

Plus je regardais cet elfe, plus je sentais ce sentiment grandir. Que m’arrivait-il ? Sans doute une broutille ! Pourtant ce sentiment ne semblait pas si peu important que ça. Mais je ne savais pas trop ce que c’était. Tout ce que je savais c’est que je me sentais incroyablement bien en sa présence.

Il me proposait de partir en ballade dans les bois de son royaume. Quelle bonne idée ! Je pourrais ainsi apprendre à le connaître. Mais avant tout, je ne devais pas oublier mes gardes qui m’attendaient dehors. Aussi je décidais de lui en parler.

- Ne vous en faîtes pas, chacun à ses problèmes après tout. Et il n’y a aucun souci, parlez moi quand voudrez, je serais là pour vous écouter. dis-je avec un petit sourire. Mais avant que nous partions, pouvez m’indiquer où les chevaux et mes gardes pourraient loger je vous prie. Ils sont fatigués par le voyage, vous comprenez ? Je faisais une petite pause espérant ne pas l'avoir froisser. Depuis que j'étais arrivée au trône, c'était la première fois que je rencontrais "officielement" le dirigeant d'un autre pays, je n'étais donc pas vraiment à l'aise. Puis reprenais joyeusement. Et je serais ravie de visiter la forêt en votre compagnie, Sir Vassilios.

Je tenais à ce que la compagnie qui était venue avec moi de Péridot, soit bien accueillit. Dans mon royaume, chaque individu était traité avec le plus grand respect. Qu’il soit monarque ou simple fermier, chacun avait le droit d’être respecté. Et j’y veillais personnellement. Cette méthode avait bien marché jusque là puisque la population de Péridot était satisfaite des agissements de la couronne. Et cela depuis plusieurs générations déjà. Mes parents étaient des personnes juste mais contrairement à mon grand père et à moi, ils étaient moins proches du peuple. Donc pour corriger cela, j’avais décidé de partir parfois en ballade à travers les villages du Royaume pour prendre des nouvelles de mon peuple.    

En parlant, j’avais saisi la main du souverain, qui me l’avait gentiment donné pour m’aider à me relever. Je commençais à sortir de la tente avec Ameno, suivie du Roi Elfe et du seul garde qui m’avait accompagné à la tente de l’homme le plus important de ce royaume.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Mer 3 Sep - 17:08
Voir le profil de l'utilisateur



Vassilios écouta la jeune femme parler, elle ne posait pas trop de question sur se qui pouvait le troubler c'est une chance car il ne voulait vraiment pas lui expliquer maintenant l'histoire des ames soeurs sans être pris pour un fou. Puis elle posa une question, l'elfe posa une main sur son menton les tentes étaient tout occupés par des elfes mais ils pouvaient en monter une rapidement pour les gens de la Reine, puis il répondit a sa proposition.

Ils sortirent ensemble de la tente royale il regarda autour de lui tout le monde étaient en train de travailler dans son coin. L'elfe prit la parole.


- Mes sujets vont monté une tente pour vos sujets qui vous on suivi pour les chevaux ne vous en faites pas mes sujets s'en sont déjà occupé.

Il est vrai que les chevaux n'étaient plus la enfin on les voyaient suivre un groupe d'elfe qui partait dans un coin de la forêt, puis le roi elfe fit signe à la reine de le suivre, il commença a s'enfoncer un peu plus loin dans la forêt, les arbres étaient tellement ressemblant qu'on courrait tourné en rond mais le seigneur savait où il allait. Après une bonne heure de marche il prit la parole.

- Cette endroit est assez magique dans le sens où c'est la frontière entre le royaume des elfes et celui des fées. Regardez...

Un petit lac était présent au milieu d'une sorte de plaine dans la forêt, les arbres étaient normaux d'un côté et de l'autre transparent on pouvait voir la sève couler a l'intérieur un spectacle assez magique et plutôt rare. Même le roi regardait cela avec admiration, pourtant il avait déjà vu se paysage plus d'une fois, mais il restait émerveiller par cette nature.
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Jeu 4 Sep - 12:28
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Nous sortions donc de la tente du jeune roi. Une vraie ruche son village. C’était tellement agréable de voir tous ces gens au travail. Les voir ainsi me faisait sourire. Cela me rappelait un peu Péridot, tant de vie. J’avais envie de sauter de joie et de courir comme une folle pour me sentir vivante. Les paroles de l’Elfe me firent sortir de ma rêverie.

- Mes sujets vont monter une tente pour vos sujets qui vous on suivi pour les chevaux ne vous en faites pas mes sujets s'en sont déjà occupé.

J’acquiesçais et le suivais en silence. Passer entre ces gens me faisais rêver. Ils m’inspiraient une joie sans limite. Puis je remarquais que mes gardes et que les chevaux avaient été déplacés. Sans doute avaient ils comprirent qu’ils devaient suivre les elfes. Au garde qui était derrière nous, je lui dis :

- Retrouvez les autres membres de la garde et installez-vous. Du repos vous fera le plus grand bien.

Puis je me tournais vers Ameno.

- Accompagne-le s’il te plait. En voyant son regard plaintif, je pris une voix plus douce. Ne t’en fais pas, je ne risque rien avec lui. D’accord ? Allez, file, je te rejoindrais plus tard.

Elle partit à contre cœur. Puis je suivais le roi qui s’était enfoncé dans la forêt. Il était vrai que je ne risquais pas grand-chose mais en tant que guerrière, je restais tout de même sur mes gardes. On ne sait jamais.

- Cet endroit est assez magique dans le sens où c'est la frontière entre le royaume des elfes et celui des fées. Regardez...

C’est en arrivant dans cet endroit enchanteur, que ma méfiance fut oubliée. J’étais tellement submergée par ce que je voyais ici. J’avançais dans l’herbe et m’approchais doucement du lac. Puis touchais la surface de l’eau avec mes doigt, elle était fraîche. Tout ça était si agréable. Un grand sourire logeait sur mon visage. Tout ça était tellement beau, il n’y avait pas de telles choses à Péridot.

- C’est vraiment magnifique ici. Vous venez souvent dans cet endroit ? dis-je, toujours en caressant la surface du lac.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
ROI DES ELFES
avatar
Sam 6 Sep - 9:56
Voir le profil de l'utilisateur



Vassilios regarda la jeune femme s'approcher doucement du lac, cette endroit était peu fréquenté par les elfes et les fées voir totalement inconnu, le roi l'avait trouver en se promenant par hasard dans sa forêt. L'elfe venait souvent ici pour se retrouver seul, même si sa n'arrivait pas souvent, il avait besoin de temps en temps de faire le vide dans sa tête. La reine lui permettait d'ouvrir son territoire au autres mais les clans radicaux seraient capable de faire tout rater, juste par cupidité en vers les humains voir par haine.

Le roi elfe s'approcha doucement de son invité elle prit la parole lui demandant si il venait souvent ici, la réponse était un peu oui et non, mais il ne répondit pas de suite, il s'assit a côté de la jeune femme regardant la surface calme du lac, c'était regardant son reflet puis celui de la reine. Puis il prit la parole de sa voix mélodieuse.


- Je viens ici quand j'ai besoin de faire le vide en moi. Cette endroit est tranquille personne ne vient vous importunez c'est juste un havre de paix.

L'elfe prit sa pipe fumant un peu de tabac puis lâchant sa fumer au dessus de lui il reprit la parole.

- Si vous avez un peu de chance certain animaux sauvages s'approcheront les animaux du territoire des fées ont pour habitude de s'approcher des humains et de tout les visiteurs, les fées ne les mangent pas donc ils ne connaissent pas les prédateurs.

L'elfe regarda a nouveau se reflet dans l'eau du lac, un petit air pensif
Revenir en haut Aller en bas
REINE DE PERIDOT
avatar
Sam 6 Sep - 13:35
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


- Je viens ici quand j'ai besoin de faire le vide en moi. Cette endroit est tranquille personne ne vient vous importunez c'est juste un havre de paix.

Il avait raison, cet endroit était si calme que l’on pouvait s’y ressourcer aisément. Le problème dans ce genre d’endroit était que comme on s’y sentait si bien, il était donc difficile de s’en éloigner. Chacun avait besoin de solitude par moment. Et la magie de cet endroit nous forçait inconsciemment à rester. Cette idée me faisait sourire.

Cela me rappelait mon lieu fétiche à Péridot. Le sommet d’une colline de laquelle se jettait une cascade. J’y allais avec Excelsior et Ameno, dès que mon emploi du temps me le permettait. Lorsque je ne rendais pas visite aux villageois ou que je ne recevais personne dans la salle du trône, je sellais mon cheval et partais dans cet endroit magique pour réfléchir ou parfois pour oublier la vie monotone que j’avais. Chacun avait un endroit préféré ou il allait dès qu’il le pouvait. Cette colline était le mien.

Je me souvenais encore lorsque mon père m’appelait à faire des tâches royales et qu’il ne me trouvait pas. Un jour il m’avait suivi et avait découvert cet endroit magique. Dès lors, lorsqu’il ne me voyait il savait où me trouver. Lorsque j’avais appris la mort de ma mère puis de mon père, le premier endroit où j’étais allée était dans sur cette colline. Ameno m’avait accompagné et avait pleuré avec moi. Des souvenirs… Père… Mère... Pourquoi êtes vous partis ?

Soudain la colère me prit, faiblement mais elle m’avait atteinte. Puis cette colère devint de la souffrance. La perte d’un parent pouvait affecter n’importe qui. C’étaient les paroles du Monarque qui me firent sortir de mes pensées.

- Si vous avez un peu de chance certain animaux sauvages s'approcheront les animaux du territoire des fées ont pour habitude de s'approcher des humains et de tout les visiteurs, les fées ne les mangent pas donc ils ne connaissent pas les prédateurs.

Ah ! Décidément, j’allais de surprise en surprise ici. Ce qui n’était pas désagréable, au contraire. Cet endroit avait véritablement quelque chose de magique. Quoi ? C’était difficile à dire.

- Ameno aurait été tellement heureuse de voir ça…, dis-je comme pour moi-même. Sans compter qu'elle aurait surement fait de belles rencontres.

Comme j’avais pu en faire. Cette pensée me surprenait, parce que je repensais à ce Roi que je ne connaissais à peine et pourtant… Quelque chose se passait. En sentant ce parfum si doux, je me mis à tournoyer sur moi-même. J’étais transportée par cette sensation de bien être. Mon action pouvait paraître étrange mais lorsque mon instinct se mêlait à ma franchise, je contrôlais rarement mes actions. J’étais tout de même enivrée par cette odeur de fleur. Il n’y avait pas la même à Péridot. Décidant de sortir le jeune roi de son esprit, je commençais joyeusement.

- Vous ne trouvez pas que ce parfum met du baume au cœur ? dis-je en riant.

D’un coup je m’arrêtais et tentais de rester sur mes pieds malgré la tête qui me tournait. Et je me retournais pour lui faire face, un sourire aux lèvres mais tout de même gênée. Je ne savais pas si il était bien vu d’agir ainsi mais cela importait peu. J’étais heureuse. Et même si nous étions sur terre pour accomplir notre propre destin, nous étions également là pour nous amusés. Et c’était bien ce que je faisais. Nous avions tous une part d’enfant et manifestement, la mienne s’était montrée.

Je repris mon sérieux en repensant à ce que mes parents auraient attendus de moi puis m’excusais auprès du Souverain pour mon attitude.

- Veuillez me pardonnez votre majesté pour ma conduite mais, vous comprenez, lorsque l’on est heureux, nous ne choisissons pas toujours nos actions.

Ma manière de parler était assez nerveuse. Ce qui était normal, j’avais eus un peu peur de passer pour une véritable enfant alors que j’avais atteint la vingtaine d’années.

Edanna apparat:
 


Ameno:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre au sommet et plus si affinité (pv Vassilios)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 5 e sommet des Amériques
» Le premier ministre Alexis est au Sommet...
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]
» [FB] L'ivrogne et le médecin - Duel au sommet [PV Arthy]
» [Evènement]Au sommet de la montagne !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les royaumes d'Enkidiev :: Estolie :: ▬ La forêt
-