Forum inspiré de la saga d'Anne Robillard
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .

Lumière éthérée ft. Shanahan & Fridedrich

CHEVALIER D'IRIANETH
{ GARDE DU CORPS DE SHANAHAN }
avatar
Ven 5 Sep - 17:03
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Les lueurs du soleil pénétrait dans la pièce, je me réveillais doucement tandis que j'entendais les bruits de pas des gardes qui faisaient leur ronde matinale. Je restais encore dans le lit, les draps étaient chaud et j'aimais me prélasser encore un peu avant de me lever. Ce matin, ce serait encore un jour en compagnie de Shanahan. Mes longs cheveux noirs dansaient dans mon dos tandis que je me retournais. J'avais besoin d'une bonne douche mais avant ça, il faudrait peut-être que je m'habille avant d'aller au bain. Il était encore tôt mais je serai à l'heure pour le réveil de l'empereur. Je mettais mes draps au niveau de la fenêtre pour éviter à la femme de chambre de le faire, histoire de lui épargner quelques secondes. Il y avait la coiffeuse en bois et un petit meuble où j'avais rangé mes quelques affaires. Il s'agissait des habits confectionnés par ma mère, une vraie couturière. Je sortais de la pièce pour aller prendre un bain. Il faut dire que depuis que j'avais été gradé au rang de garde du corps personnel de Shanahan, j'ai pu bénéficié d'une petite pièce uniquement pour ma personne. Ce qui était une vraie aubaine et je ne m'y étais point attendu. Je déambulais dans le couloir tandis que je portais des affaires légères sur moi et mon armure dans les mains. Une fois dans la salle de bain, je me mis à l'aise et me nettoyais rapidement. Me séchant et saisissant mon uniforme en acier et en cuir, je m'apprête à rendre visite à Shanahan.

Ces derniers temps, il ne se passait pas grand chose et il faut dire que tout est très calme. J'ai reçu une lettre de mes parents, sans vêtements cette fois-ci. Mère étant très demandé et père ayant une énorme cargaison d'armes à envoyer d'ici peu. Il devait se faire de l'argent et vivaient bien. Au sujet de ma petite sœur, elle a demandé à avoir le même précepteur que moi à l'époque. Néanmoins, elle reste trop jeune pour pouvoir manier une arme. Surtout que je la vois mal réussir le parcours que j'ai fait. Ce n'est pas que je ne l'aime pas mais ma sœur est une demoiselle qui espère avoir tout sur l'instant et qui pleurniche pour un rien. Mes parents l'ont trop gâtés. Peut-être que le fait qu'elle soit née alors que je n'avais que treize ans, m'a permis de vivre un peu autonome sachant que je me sentais seule et un peu laisser de côté. Tandis que je réfléchissais et sombrait dans mes pensées, j'étais non loin de la porte des appartements de l'empereur. Je ne sais pas pourquoi mais j'étais un tantinet nerveuse, peut-être car aujourd'hui serait un jour spéciale. Peut-être allait-il m'assigner une mission ou simplement nous nous poserons et discuterons. Je suis toujours à son écoute et j'aime l'entendre. Sa voix reste ancré en moi, tout comme lorsque je regarde son visage, son regard qui me perce. Un frisson me parcourait l'échine et un étrange sentiment me submergea lorsque la porte s'ouvrit et qu'on m'invita à entrer. Je m'inclinais respectueusement et avançait doucement, avec légèreté dans l'antre de Shanahan.

Je pinçais mes lippes, admirant comme toujours le somptueux espace et toutes ces décorations. Ses yeux étaient illuminés et la pièce était baigné de lumière. Je le trouvais somptueux. Un sourire se dessina sur mon visage alors que je m'imaginais des scènes folâtres en sa compagnie. Soulevant mon casque, mon regard se perdit dans celui du seigneur d'Irinaeth et d'une voix claire, comme chaque matin, je me présentais. Il dégageait une aura et sa taille semblait gigantale. Je me tenais là au milieu de la pièce, lui se tenait là, nos ombres grandissaient sur le mur, là où se trouvaient peintures et mobiliers. Ce n'était pas un simple rêve bien que nous avions cette impression d'être dans un paysage onirique.

- Bien le bonjour votre majesté. Orael pour vous servir. Avez-vous besoin de quoi que ce soit?




Revenir en haut Aller en bas
EMPEREUR NOIR
{ IMMORTEL D'IRIANETH }
avatar
Mar 9 Sep - 13:43
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


L’immortel déchu en avait assez… Perdu dans ses pensées, il regardait d’un regard absent le plafond de ses appartements personnels. Depuis combien de temps était-il étendu sur son lit déjà ? Shanahan en avait aucune idée et bien honnêtement, cela lui importait peu. Soupirant, il se leva pour se rendre lentement sur le petit balcon où il regarda avec peu d’intérêt les quelques activités qu’il y avait dans la cour intérieur de son royaume. L’immortel déchu devait bien l’admettre : la perte de sa femme l’affectait plus qu’il ne le pensait… Soixante-quinze ans de côtoiement quotidien avait visiblement laisser une marque puisqu’il était présentement dans l’impossibilité de l’oublier…

Cette femme, qui fut son âme soeur du début jusqu’à la fin, n’avait jamais faillit à sa perfection… Elle fut une impératrice parfaite, admirable même. Malheureusement, son entêtement avait causé sa perte… Et cela n’était pas faute de l’avoir régulièrement prévenue. L’immortel déchu était même aller jusqu’à lui dire sa plus grande faiblesse afin qu’elle comprenne ses inquiétudes vis-à-vis l’esprit sauvage de cette dernière. Il l’avait pourtant averti… Il lui avait clairement expliqué qu’il ne pouvait utiliser son pouvoir de guérison, surtout après une utilisation soutenue de sa magie… C’est pourquoi il ne fut pas en mesure de la soigner, c’est pourquoi elle était désormais partie rejoindre les plaines de Lumière, le laissant dans le déni et la solitude…








Lorsqu’on cogna à la porte de ses appartements, Shanahan sursauta légèrement puisqu’il n’avait porté aucune attention à ce qui l’entourait. Il sonda rapidement les lieux afin de découvrir la personne qui se trouvait à l’extérieur. C’était Orael, sa garde du corps. Ne voulant pas réellement la fait attendre, il se matérialisa près de la porte et ouvrit celle-ci. L’immortel déchu figea quelque peu en voyant l’aura lumineuse de la jeune femme. Il n’eu pas le temps de se poser plus de question, la voix de son paternel résonna lourdement dans l’esprit de Shanahan.







▬ * Un mois est passé depuis cet incident… Il est temps pour toi de passer à autre chose. Si tout ce qui te motive est d’avoir une âme soeur à tes côtés, en voici une qui comblera le manque d’affection qui anime ta coquille vide. Ne t’inquiète pas, je connais tes goûts… * 






* C’est pour cela que vous me donnez une âme soeur qui éprouve de l’affection pour un de ses anciens confrères d’arme ? *









Shanahan coupa toute communication avec le dieu de la foudre. Il n’avait pas envie de discuter avec lui et encore moins envie d’avoir une autre âme soeur… C’est pourquoi il ne porta pas plus d’attention à l’aura blanche qui entourait le corps svelte de la jeune femme. Lorsque celle-ci entra complètement dans la pièce, l’immortel referma la porte derrière elle. Il allait s’adresser à elle, lui dire qu’il préférait être seul aujourd’hui, lorsqu’il ressenti les sentiments de cette dernière, ainsi qu’une pensée… Bien qu’en d’autre circonstance cela l’aurait fort probablement amusé, cette pensée enragea quelque peu Shanahan, qui ne voyait que l’oeuvre de son père dans les agissements de cette dernière… Elle se retourna vers lui, enleva son casque, dévoilant par le fait mêmes ses traits fins et sa longue tignasse, et s’adressa finalement à lui :









- Bien le bonjour votre majesté. Orael pour vous servir. Avez-vous besoin de quoi que ce soit ? 









L’immortel déchu n’eu pas le temps de répondre à la question, un domestique du château passa devant sa porte, rigolant avec un confrère de travail de la mort subite de l’impératrice. Cette fois, Shanahan explosa intérieurement. Il en avait assez ! Il leva brusquement la main en direction de la porte, qui explosa. Une sphère de glace prit forme dans cette même main, pour finalement se transformer en pic de glace que l’immortel envoya dans la direction du domestique. Sa magie s’enfonça brutalement dans le corps de l’homme qui avait osé prononcer de tel parole, l’étalant contre le mur derrière lui tel un trophée. L’air ambiant devint froid, sous les pieds de l’immortel déchu, une couche de glace se forma. Shanahan essaya de reprendre ses esprits, mais rien ne calmait ses ardeurs. S’approchant d’un pas menaçant vers le second domestique, il lui envoya son poing en pleine figure. L’homme tomba au sol et ne se releva pas… Ce n’est que quelques minutes plus tard, sous le regard horrifié des autres domestiques présents dans le couloir, que l’immortel remarqua sa main ensanglanté… 


Revenir en haut Aller en bas
CHEVALIER D'IRIANETH
{ GARDE DU CORPS DE SHANAHAN }
avatar
Mar 9 Sep - 15:01
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:




J'ai connu un homme qui jadis, avait éprouvé un tel amour pour une femme qu'il la vénérait. Cependant, ce sentiment n'était qu'une faiblesse et il était préférable pour ces deux êtres de se séparer, un temps. Shanahan était perturbé, cela pouvait être compréhensible. En tant que garde du corps, je ne pouvais que devenir le bouclier de l'empereur. Son visage était dur, du moins, on pouvait ressentir une légère tension émaner de sa personne. Nous étions seuls jusqu'à cet instant où deux voix s'élevèrent, riant à gorge déployée du sort de feu l'impératrice. Mes sourcils se froncèrent légèrement alors que l'immortel déchu se manifesta avec fureur. Sans crier garde, il fit exploser la porte de sa chambre et usa de sa magie pour mettre fin à la vie de celui-ci qui aurait du se taire. La mort les frappa, Shanahan venait de commettre un meurtre. Néanmoins, je ne pouvais que rester là, les bras le long du corps et les poings fermés, hochant la tête. Il avait tous les pouvoirs et je devais d'acquiescer pour ce geste violent. Sa reine lui manquait. Sa reine était son âme-sœur. Les rayons du soleil baignant la pièce se reflétait sur les quelques espaces de glace créer par la magie du seigneur d'Irianeth. Dans ce couloir, j'admirais ce grand ténébreux envahit d'une haine. Craint de tous, ses pouvoirs étaient immenses et il aurait besoin d'un soutien. Quitte à ce que je subisse son courroux, je ne pouvais me résigner à le voir dans un tel état. Shanahan n'était pas un monstre. Ces domestiques l'étaient et c'est sans peine et sans regret qu'ils périrent. Ce fut rapide.

Toute personne faisant du mal au maître risquait une peine capitale. Ceux qui parleront sur le dos du seigneur ou de feu la reine mourront sans préavis. Je tenais toujours mon casque dans l'une de mes mains, serrés contre le métal froid. M'approchant davantage et enjambant le corps inerte du deuxième domestique, j'incite aux autres personnes se trouvant sur le chemin à partir. Un regard suffit. Shanahan n'a pas molesté son coup sur cet homme. Sa femme et ses enfants seront très rapidement au courant de sa mort. D'ailleurs, ils risqueront d'être surveillés. Peut-être sont-ils mêler à une conspiration ou à une quelconque activité douteuse. Je me posais beaucoup trop de questions mais la santé morale et physique de mon empereur furent mes priorités. J'aperçus alors ses doigts où du sang dégoulinaient. Retirant mes gantelets, j'envisage de soigner les plaies avec mon sort de soin.  M'agenouillant, je pose délicatement mes mains au dessus de sa peau délicate tandis qu'un rayon de lumière efface peu à peu les écorchures. Levant les yeux vers lui, son regard paraissait vide. Mon cœur battait rapidement, par peur de faire quelque chose qui ne lui convienne point.Je m'inclinais, mes cheveux déferlant en cascade sur mes épaulettes tandis que d'une voix douce, je déclare :

- Mon seigneur, je m'occuperais d'envoyer une lettre à leur famille respectives et demanderait à ce qu'on les surveille. Désirez-vous que je m'occupe des cadavres ou bien je fais appelle aux « nettoyeurs » ?

Je me sentais désolée pour lui, ne sachant comment réellement le réconforter. Peut-être voulait-il être seul mais mon rôle doit être de le protéger et de rester non loin. Sans commentaire, je m'en vais chercher une ou deux personnes capable de venir nettoyer le sol et de décongeler la glace qui ne tarderait pas à devenir de l'eau. Qu'il s'agisse de roche ou de bois, il fallait s'en occuper rapidement et comme il s'agit des appartements de sa majesté, il fallait faire vite. Je croise quelques personnes murmurant sur les faits de l'empereur il y a cinq minutes. Replaçant mon casque, je me dirige d'un pas lourd jusqu'à la femme de chambre la plus proche et lui explique radicalement qu'il faudra nettoyer le couloir et la chambre du maître. Sans discussion. Les regards effrayés de certains et leurs membres tremblant n'indiquaient qu'une seule chose ; la peur d'affronter Shanahan. Je songeais à une matinée agréable avec un temps merveilleux cependant, tout avait dégringoler à cause de ces couards. Dans ces moments là, lui seul était en mesure de se calmer. Revenant sur mes pas, il était toujours là. C'est alors que les nettoyeurs arrivèrent avec deux femmes de chambre pour tout dégager. Je me ressaisis et part dans une direction, cherchant à éviter de rester ici avec l'odeur de sang et la froideur de la glace qui avaient envahit cet espace.

- Shanahan, désirez-vous que l'on aille dans les jardins ?




Revenir en haut Aller en bas
CHEVALIER D'IRIANETH
{ 1ÈRE GÉNÉRATION }
avatar
Mar 9 Sep - 20:34
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Le devoir impérial

Je revenais d'une mission de routine. De l'élimination de renégats, cela faisait partit du quotidien de tout Chevalier de l'Empire. Notre Empereur était le visage de l'Empire et nous, nous nous étions ses bras armés. Nous abattions les sentences Impériales sur les fous qui pouvaient penser que ces dernières ne les concernaient pas. Ce n'était pas les missions parmi les plus glorieuses que de se salir les mains du sang des traîtres mais c'étaient des missions nécessaires pour maintenir l'ordre dans l'Empire te rappeler à tous que la trahisons n'était pas une des options que l'on donnait aux habitants d'Irianeth. J'avais accomplis la mission avec simplicité comme d'habitude : il ne restait pas un seul survivants dans ce village de renégats tous avaient rejoints les plaines de lumières, sans exception pour les femmes, les enfants et les vieillards. Il fallait des exemples pour calmer la population alors nous leur donnions des exemples. Aucun village aux alentours de celui-ci n'oseraient maintenant se soulever contre l'autorité de l'Empereur Shanahan. Et même si je n'aimais pas faire couler le sang j'avais gorgé les champs et les rues de celui de ces traîtres.

C'était inévitable, si l'on m'ordonnais de massacrer des rebelles hommes femmes et enfants je massacrais toute la population visé. Dans le calme qui me caractérisait sans ciller ni chercher à offrir la pitié à ceux qui avaient oser se soulever. Les ordres étaient les ordres… Maintenant je revenais vers mon Empereur pour lui faire le rapport de cette mission. Je marchais donc lentement dans les couloirs du gigantesque palais impérial sans aucun retardement, malgré le fait que je n'avais à l'heure actuelle aucune pensée agressives mon visage froid allié à mon horrifiant masque d'acier avait le don d'éloigner tout gêneur de mon passage. J'étais le chien de l'Empire et aucun serviteur du palais n'oserait jamais me bousculer ou me retarder lorsque je me rendais dans les appartements impériaux. Même si je ne tuais pas pour rien ma réputation et mon allure me précédaient. J'étais vu comme un infâme monstre ne vivant que pour le meurtre, personne ne se rendait compte que je ne vivais que pour leur protection à tous.

Tous ne voyaient qu'un froid meurtrier en moi. Il était même fort probable que l'Empereur lui même ne me voyait qu'ainsi : un homme exécutant chaque ordre sans ciller et ramenant toujours avec lui la nouvelle d'une ou plusieurs morts ainsi qu'une mission dûment accomplis. Et pourtant je ne prenais pas plaisir dans ces meurtres malgré ce que pouvaient penser tout ces lâches qui n'auraient jamais oser porter une épée de leur vie. Je n'étais pas comme ces assassins impériaux qui se baignaient avec avidité dans le sang peut-importe à qui il appartenait. Mais après tout, est-ce que l'avis de simples serviteurs et roturier importait vraiment ? En fait me l'avis des sorciers et de l'Empereur n'importait pas réellement, tout ce qui comptait était le fait que servais fidèlement mon Empire et suivais les ordres à la lettre prête.

Quand j'arrivais enfin dans les quartiers impériaux après de longues, bien trop longue, minutes de marche de fus tirer de ma torpeur d'après mission par un bruit assourdissant venant de la chambre de l'Empereur. Pourtant les lieux étaient devenus tristes et calmes depuis que l'Impératrice avait quitter cette terre pour rejoindre tant d'autre sur les plaines de lumières. C'était il y a à peine un mois et pourtant on avait l'impression qu'une éternité avait passé depuis sa disparition, peut-être car l'Impératrice avait laisser un vide impressionnant après son départ. Elle avait laisser un Ordre décapité, un orphelin et un Empereur furieux. Je me souvenais encore avoir pleurer sa mort, je ne pleurais plus face à la mort depuis que ma défunte mère nous avaient abandonné et pourtant lors de la disparition de l'Impératrice j'avais lâcher quelques larmes sincères. Peut-être que mon attachement à l'Empire passait aussi par un attachement à mes souverains. Ce qui expliquait aussi en partit pourquoi je ne discutais aucun de leurs ordres…

Pour le moment l'Empire voyait d'autres de ses membres rendre l'âme, pas des membres qui auraient put me faire lâcher la moindre larme par contre. Autant la mort de l'Impératrice m'avait marqué autant le sauvage meurtre de deux serviteurs par notre Empereur mais laissait de marbre. Je ne cillait donc pas en entrant dans le couloir et en voyant plusieurs domestiques nettoyer le carnage provoquer par notre Empereur en rage. Je ne connaissais pas les raisons d'une telle rage mais j'avais le résultat devant mes yeux. Les domestiques affairer au nettoyage ne m'avait vu arriver. Par contre ils eurent la malchance de me sentir arriver, je ne pouvais pas leur hurler dessus de dégager de mon chemin comme le faisait la plupart des hauts-gradés de l'Empire dans une telle situation, alors plutôt que de bêtement attendre qu'elle ne remarques ma présence je les jetais contre les murs avec violence chacune héritant d'un violent coup de pied dans les côtes. Je ne prenais aucun plaisir à la violence gratuite comme celle-ci, mais face à des êtres ne maîtrisant pas la télépathie je me contentais de communiquer par les gestes. Gestes à la mesure de mon humeur du jour et elle était maussade aujourd'hui.

Une fois les domestiques tous étalé contre les murs le passage m'était enfin libéré. J'enjambais donc les deux cadavres au sol et prit sin d'esquiver le pic de glace. J'entrais ensuite dans la pièce ou e tenait Shanahan et sa garde du corps une de mes sœurs d'armes Orael. Je m'inclinais lentement devant chacun d'eux dans un silence qu'ils connaissaient tout deux très bien. Puis je fis mon rapide rapport à l'Empereur qui semblait avoir d'autres choses bien plus urgentes et rageantes en tête.

* Mes respects Empereur. Les rebelles que vous m'aviez demandé d'éliminer ont rejoints les plaines de lumières et leurs corps servent à présent d'exemples dans les villages avoisinants. De plus vous excuserez ma question mais qu'est-il arriver pur que ces serviteurs se retrouvent dans un tel état ?*

L'avantage qu'avais la télépathie face à la parole était la discrétion : les servantes comme Orael n'avaient rien entendu de ma tirade.

* Orael bien le bonjour. Excuse mon intrusion tu dois être… À cran pour le moment. Je ne serais pas long*

L'ennui c'est que cela me forçait à me concentrer tour à tour sur chaque personne avec qui je souhaitais communiquer. Mais c'était une routine à laquelle je m'étais fait. Je restais donc proche de la porte dans une droiture impeccable et un silence… Aussi forcé qu'impeccable lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
EMPEREUR NOIR
{ IMMORTEL D'IRIANETH }
avatar
Jeu 11 Sep - 18:42
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


J’avais cette envie indomptable d’abattre mon poing ensanglanté sur le visage de quelqu’un d’autre… J’arrivais à peine à me retenir, la rage m’avait littéralement submergé. J’étais avide de sang, de douleur, mais surtout de cri. Je voulais déferler ma rage sur tout, absolument tout. Intérieurement, j’hurlais d’un hurlement dément. J’étais en proie à une folie causé par l’absence d’une lumière. Je ne lui aurais certainement jamais avoué si elle me l’aurait demandé, mais son absence me plonge dans une mélancolie qui m’était jusqu’à présent inconnue… Elle pose sur moi un fardeau que je doute être en mesure de surmonter. Pas un instant ne passait sans que je ne pense à elle, sans que j’espèrerais qu’elle apparaisse comme par magie devant moi et qu’elle m’annonce que toute cette histoire n’est que le résultat d’une tromperie de mon ennemi… 


Mon regard se posa sur le corps étalé sur le mur, puis sur celui de l’être qui était affalé à mes pieds, sans vie et le visage déformé. J’allais examiner ma propre main, évaluer mes blessures, lorsque ma garde du corps vint s’agenouiller devant moi. L’aura lumineux qui englobait harmonieusement son corps svelte m’apaisa un peu. Du moins, assez pour m’empêcher de faire de cette dernière ma prochaine victime… Lorsque ses mains vinrent se poser sur les miennes, la chaleur de celles-ci m’enivrèrent quelque peu. Son contact était doux et chaleureux, tout comme l’était celui de Saraï… Lorsqu’elle prit la parole pour m’aviser qu’elle s’occuperait de tout, je n’eu aucune réaction. En fait, je n’avais que faire des deux hommes que je venais d’assassiner froidement. Elle pouvait bien faire ce qu’elle voulait de leurs familles...

Le regard vide, je m’éloigne tranquillement du carnage que je venais de créer. Il m’aurait été facile de faire disparaitre tout ceci, mais je n’en avais pas envie… Une petite partie de moi, du moins je présume, voulait montrer l’exemple. Je n’autoriserais personne à parler de manière aussi grotesque de celle qui fut mon épouse durant soixante-quinze années… Prenant une grande respiration pour me calmer et reprendre le peu d’esprit qui me restait, j’allais prendre la parole pour annoncer les prochaines tâches aux domestiques lorsqu’Orael s’adressa de nouveau à moi, me proposant délicatement de changer d’endroit. J’acquiesça d’un simple signe de tête. Enjambant les débris sans grande difficulté, j’entrais dans ma chambre où j’invita une seconde fois la jeune femme à pénétrer. Puis, je lui tendis la main pour l’inviter silencieusement à se rapprocher de moi pour que nous partions ensemble vers les jardins. 





Nous allions partir lorsque ressenti la présence de Friedrich. Je m’éloignais d’un pas, attendant silencieusement l’entrer de ce dernier dans mes appartements privés. Les jardins allaient visiblement attendre un moment. J’allais m’excuser silencieusement à ma garde du corps lorsque Friedrich apparut dans l’embrasure de ma porte. S’avançant d’un pas silencieux vers moi, s’incluant respectueusement en signe de salutation, il commença prestement son rapport de mission. Tout comme la chaleur du contact d’Orael m’avait apaisé, les mots de Friedrich en firent de même. Seul la dernière phrase qu’il prononça m’énerva légèrement.

« J’ai fais d’eux des exemples, si je peux le dire ainsi… Quoi qu’il en soit, ceci n’est d’aucune importance… Je suis satisfait d’entendre d’aussi bonne nouvelle, ta réputation te précède honorablement et j’en suis extrêmement fier. Tu es un exemple pour l’empire et ceci est dit sans offense à ton égard, Orael. Dis-je en regardant brièvement cette dernière. Tout comme son confrère d’arme, elle était un exemple à suivre. Elle n’aurait pas été ma garde du corps si cela n’aurait pas été le cas… Prend le reste de la semaine pour te reposer, tu l’as bien mérité. De plus, tu en aura certainement besoin… Dès la semaine prochaine, j’aimerais que tu prenne la tête de l’ordre en tant que Chef. Tu es, jusqu’à preuve du contraire ou refus de ta part, le plus qualifié pour prétendre au titre de Chef de l'ordre des chevaliers d'Irianeth. »







C’était à moitié vrai ce que j’avançais avec assurance. Friedrich était le plus qualifié pour le rôle, tout comme Orael et Vikentiÿ l’était. Malheureusement ou bien heureusement, je ne pouvais donner le titre à l’un ou l’autre. Orael avait déjà comme mission de me protéger et la langage de Vikentiÿ, aussi magnifique soit-elle pour moi, était un désavantage que je ne pouvais pas ne pas prendre en compte.
Revenir en haut Aller en bas
CHEVALIER D'IRIANETH
{ GARDE DU CORPS DE SHANAHAN }
avatar
Sam 13 Sep - 13:04
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Nous allions partir, m'approchant davantage du maître pour qui je vis mais nous nous sommes arrêtés tandis qu'un homme portant un masque de fer ou de métal. Un homme que je connaissais bien de nom tout comme de vue. Friedrich était dévoué à l'empire tout comme moi, bien qu'il ne puisse communiquer à cause de son mutisme. En tout cas, l'empereur pouvait compter sur lui. Il était posté devant l'entrée de la porte, regardant d'un œil froid. Aucun son, tout n'était que silence l'espace d'un instant jusqu'à ce qu'une voix, celle de Friedrich, m'interpelle. A cran, peut-être bien. De bon matin, voir tout ce sang et sentir le maître en rage n'est pas la meilleure chose qui soit. Soudain, la voix de Shanahan s'éleva, il paraissait plus serein. Il était fier de Friedrich et déclarait qu'il était un bon exemple. Je ne jalousais pas cet homme, au contraire, je le respectais. Je ne désirerais pas me mettre en confrontation avec cet homme mais plutôt devenir allié si un jour, nous devons nous battre ensemble. Il lui permis de se reposer et également de devenir le chef des chevaliers d'Irianeth. Haussant un sourcil, je me mets à regarder l'éternel déchu. En tant que chevalier, je devrai respecter les ordres de Friedrich si jamais il acceptait le rôle. Cependant, je reste auprès du grand seigneur noir afin d'être certaine qu'il ne lui arrive rien. Étant assez entraîné et sachant comment m'occuper de sa souveraineté, je ne pourrais déserter mon poste. N'ayant rien à redire, je restais de marbre jusqu'à ce que Friedrich prenne une décision. J'avais hâte de sortir d'ici, de pouvoir prendre un grand bol d'air frais en compagnie de l'empereur. J'étais vraiment aux anges dans son rôle. Ces années m'ont permis de montrer ma détermination, d'être promu et de devenir une femme forte et respectée. Un silence fut, je doutais que les deux hommes communiquaient entre eux tandis que je restais plantée là, attendant sagement une décision. Aurons-nous la possibilité de pouvoir bouger ? La conversation semblait s'éterniser. La seule chose que nous entendions était le bruit des serpillières et des draps a changé. Les femmes de ménage s'activaient, nous laissant dans nos affaires, ne pouvant écouter d'une oreille discrète les informations qui s'échangeaient entre Friedrich et le maître.

Lorsque ce fut enfin terminé, toutes les personnes dans la pièce sortir excepté nous trois. Je n'osais les déranger car je n'en avais pas à m'en mêler et je n'avais nullement besoin de donner mon avis, sauf si on me le demandait. Il fallait éviter de donner des encouragements ou le contraire au risque de me faire renvoyer ou de changer la décision. Je reste une femme sage et patiente. Le soleil s'élevait petit à petit. Peut-être que Friedrich nous accompagnerait à l'extérieur, cela ne me dérangerait guère. Bien que je ressente un profond respect pour sa personne, j'aimais ces rares moments où l'empereur et moi étions l'un en face de l'autre à discuter ou donner des avis sur ce qui rendrait meilleur l'empire. Je n'avais pas remis mes gants depuis que j'avais posés mes mains au dessus de celles de Shanahan, alors je les remettais, faisant passer le temps. Songeant à comment se déroulerait les prochaines heures. Il y avait encore quelques traces sur le sol, il faudra frotter encore plus durement si ces tâches devaient disparaître. Je percevais le souffle des hommes qui m'entouraient, les observant à tour de rôle.  

hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas
CHEVALIER D'IRIANETH
{ 1ÈRE GÉNÉRATION }
avatar
Sam 13 Sep - 20:18
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:



Je restais normalement de marbre en toute situation, c'était devenu naturel depuis que j'avais perdu la voix, je ne m'exprimait plus, que ce soit par les mots que je ne pouvais plus utiliser ou de par mon visage qui depuis la pose de cette carapace de fer ne montrait plus que sa partie supérieure. Pourtant après les mots de l'Empereur je ne pu empêcher mes sourcils de légèrement se soulever. Je calculais toujours tout ce qui pouvait m'arriver. Je ne laissais rien au hasard et était donc peut enclin à être surpris par quelque chose. Mais être nommé chef de l'Ordre de chevalerie de l'Empire n'était pas quelque chose que j'avais déjà imaginé. Particulièrement car cela pouvait poser quelques problèmes de communication. Malgré tout Shanahan m'avait désigné pour ce poste, pour remplacer la défunte Impératrice à la tête de cet Ordre. Je ne pouvais pas refuser évidemment, car le choix ne m'était pas offert: on ne refusait pas une proposition de l'Empereur particulièrement moi, ses désirs comptaient pour moi comme des ordres et je mettais un point d'honneur à toujours accomplir toute tâche qui m'étais donné. Et je considérais que prendre la tête d'un Ordre décapiter par la perte de notre Impératrice n'était qu'une tâche comme une autre que mon Empereur m'ordonnait d'accomplir.

Après ses mots je restais encore un instant silencieux. Totalement silencieux coupant aussi les communications télépathiques. Je savais que je ne pouvais refuser de prendre la tête de l'Ordre et pourtant je prenais mon temps pour lui répondre. Je ne me permit pas plus de divagations quand je vis l'Empereur attendre ma réponse, je m'étais déjà incrusté dans une situation douloureuse pour lui et je ne pouvais me permettre de rajouter à sa colère actuelle, il me fallait donc lui répondre immédiatement. Je le regardais donc dans les yeux avec ce même visage impassible et froid que j'avais en entrant dans la salle et répondit positivement à sa demande.

*Je vous remercie pour le repos que vous m'accorder, remplir mon devoir est un honneur et je ne peux que me sentir pus honoré encore de la confiance que vous semblez m'accorder. Je prendrais la tête de l'Ordre si c'est ce que vous désirer. Par ailleurs je vous demanderais d'accepter de donner ordre pour moi à vos domestiques de déposer les corps dans mes quartiers. S'ils sont des exemples je m'assurerais qu'ils soient visibles de tous si cela ne vous dérange pas mon Empereur*

Pendant que je transmettais ma réponse à l'Empereur je ne faisais plus attention aux servantes qui peinaient à ramener les corps avec elles, je ne pensais plus non plus au surplus de travail que je leur avait donné en brisant les côtes de deux de leurs collègues. Je ne regardais pas non plus Oriael après le court message transmis, mais même sans la regarder je sentais qu'elle attendait mon départ avec un sursaut d'impatience dû au temps que j'avais pris à donner ma réponse. Je la comprenais, moi non plus je n'aimais pas être dérangé lorsque j'étais avec quelqu'un. Alors elle qui avait subit la mort de ces deux serviteurs ainsi que mon arrivé devait atteindre le bout de sa patience.

Je regardais toujours mon seigneur dans les yeux, je regardais toujours les gens droit dans leurs yeux car c'était la seule façon que j'avais de communiquer outre la télépathie. Mes grands yeux verts transmettaient une certaine forme de respect tant ils étaient impassibles. Pourtant ici face à l'Empereur ils ne transmettaient que la soumission à ses souhaits, s'il désirait me voir diriger les chevaliers je ne me permettrais aucune erreur dans ce nouveau rôle. Je l'accomplirais avec la même dévotion froide que celui qui m'était actuellement attribué. Pour le moment je ne me retirais pourtant pas, attendant tout simplement que l'Empereur réponde à ma requête pour me retirer. De plus je commençais à ressentir la fatigue de ce long voyage et des combats que j'avais eu contre les rebelles. Malgré ce que je laissais transparaître j'avais réellement besoin du repos que l'Empereur m'accordais avant de prendre la tête de l'Ordre. Surtout que l'Ordre avait besoin d'être rassemblé que les chevaliers cessent de ne penser qu'à leur personne pour se re-concentrer sur leur devoir envers l'Empire. Et je sentais que soudé cette équipe hétérogène serait un défi particulièrement pour moi. Car tout les autres chevaliers ne me connaissaient que pour mon attitude froide et ma dévotion, pas pour de quelconques qualités de chef. Car même si je les possédaient je n'avais jamais eu à en faire usage depuis mon arrivé des années auparavant. Je craignais donc de ne pas avoir suffisamment de légitimité pour mes frères et sœur. Et je savais plus que personne ou pouvais mener le manque de légitimité, je savais quelles atrocités pouvaient en découler.

Pendant que j'attendais la réponse de l'Empereur pour quitter la pièce un nouveau silence s'installa sans qu'aucun n'ose le rompre.
Revenir en haut Aller en bas
EMPEREUR NOIR
{ IMMORTEL D'IRIANETH }
avatar
Jeu 18 Sep - 15:30
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Toujours perdu dans ses pensées, l’empereur attendait patiemment une réponse de la part du chevalier Friedrich. Avait-il fait le bon choix en offrant le titre de sa défunte épouse au chevalier ? Elessar aurait-il été capable de satisfaire ses nombreuses exigences ? Vikentiÿ aurait-il été en mesure de contrôler une armée ? Tant de question qui restait sans réponse dans l’esprit de l’immortel déchu… Il ne doutait aucunement de son choix concernant Friedrich, mais il était incapable en tant qu’immortel d’ignorer toutes les possibilités. Plus que n’importe quel autre être céleste, Shanahan devait se fier à ses intuitions puisque sa capacité à voir l’avenir n’était pas une valeur sûr pour lui. Pour une rare fois depuis le jour où il avait prit les rênes de l’empire d’Amecareth, l’immortel déchu ragea intérieurement de son manque d’expérience concernant son pouvoir de prédilection. Plus que tout autre pouvoir, celui-ci lui aurait été d’une grande aide dans sa quête de pouvoir et de carnage.

Soupirant subtilement, l’empereur d’Irianeth essaya une seconde fois de reprendre le contrôle sur ses émotions… Il se sentait de nouveau faiblir, il se sentait à deux doigts de perdre le contrôle et de tout détruire. Lorsque son père tenta de prendre contact avec lui, Shanahan bloqua toute tentative de la part de ce dernier. Il n’avait pas envie de lui parler… En vérité, il n’avait tout simplement pas de temps à perdre pour discuter avec le dieu de la foudre puisqu’il attendait la réponse télépathie de son chevalier. D’ailleurs, celle-ci fut imminente. À peine quelques secondes après les nombreuses tentatives de son père, Friedrich lui donna sa réponse. Un large sourire apparut sur le visage de l’immortel déchu, qui était plus que satisfait de la réponse de ce dernier.    

Friedrich, comme plusieurs autres membres de l’empire, étaient des personnes à prendre comme exemple. L’immortel déchu devait bien l’avouer ; il avait beaucoup d’attente pour ceux ayant un caractère et une attitude similaire à celle du chevalier présent devant lui. Orael, était également une autre personne vis-à-vis qui l’empereur avait de grande attente. Elle n’était pas la garde du corps de ce dernier pour rien. Aussi étonnant soit-il, l’immortel déchu en avait réellement besoin… Avec l’utilisation soutenue de sa magie dans les confrontations, il ne pouvait pas se permettre de rester sans protection.  

« Je suis satisfait d’apprendre que tu accepte mon offre. Tu es également libre de prendre les corps... Assure-toi de faire d’eux des exemples que l’empire n’est pas prêt d’oublier. J’ai de grand projet pour les temps à venir et donc pas de temps à perdre avec ce genre de chose. Sujet à part, je tiens à t’informer que le chevalier Vikentiÿ est présentement sur les territoires du Sud en mission, il est donc fort probable qu’il ne soit pas présent aux réunions qui débuteront la semaine prochaine et si je ne me trompe pas, la chevalière Ashara vient de se joindre volontairement à la mission de ce dernier… Quoi qu’il en soit… Je vais également demander aux historiens du château d'essayer de trouver des livres concernant la langue de l’hybride puisqu’il ne parle pas la notre. Tu en aura besoin si tu veux communiquer un minimum avec lui… »

L’immortel déchu soupira de nouveau. Quelque fois, il se demandait pourquoi il n’ordonnait pas au chevalier Vikentiÿ d’apprendre la nouvelle langue de l’empire… Ceci faciliterait tellement de chose, mais Shanahan était tout simplement incapable de lui demander une telle chose. La langue du chevalier ailé était d’une merveille sans égal, un vestige qu’il ne pouvait faire disparaître…

« Orael, va chercher les domestiques et demande à ce que les corps soient transportés dans les appartements privés de Friedrich. Je veux que le couloir et mes appartements soient impeccables à notre retour et fait leur clairement comprendre ce qui se passera si ce n’est pas le cas… En ce qui concerne leurs familles, tuer-les ! Tu es libre de t’en charger toi-même ou de faire appel à la gendarmerie puisque Loka Iris est présentement en mission. »

L’immortel déchu prit une courte pause afin de reprendre son souffle, mais aussi pour réfléchir à ses prochaines paroles. Il devait informer son nouveau chef des plans qu’il avait à l’esprit, ainsi que l’informer sur le titre de quelques membres de l’empire, dont un chevalier en particulier. Orael allait également devoir être mise au courant… Résolu à les informer des moindres détails de l’empire, l’empereur n’eut toutefois pas le temps d’ouvrir la bouche pour parler, quelqu’un poussa un hurlement d’horreur qui l’empêcha de continuer. C’est alors qu’une jeune femme apparut dans l’embrasure de la porte, ainsi que quatre hommes de la garde.

« Père… » murmura l’un d’entre eux.









Visiblement indifférent à la souffrance de la jeune femme et à la colère grandissante des quatres fils, Shanahan haussa nonchalamment des épaules… Une des familles allaient être plus rapide à illuminé que l’autre. Souriant de nouveau, l’immortel déchu s’approcha tranquillement du groupe qui bloquait désormais l’unique sorti de ses appartements. Petit à petit, il senti sa colère prendre de nouveau le-dessus et cette fois, il ne réfréna pas celle-ci lorsqu’un des fils se jeta sur lui. Il évita habillement le point de son adversaire et profita de l’esquive pour attraper la main du jeune homme. Puis, il activa sans aucune retenue l’un de ses pouvoirs : la douleur physique. Lorsque l’homme commença à hurler de douleur, un sourire sadique apparut sur le visage de Shanahan…
Revenir en haut Aller en bas
CHEVALIER D'IRIANETH
{ GARDE DU CORPS DE SHANAHAN }
avatar
Dim 21 Sep - 15:53
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Ce début de matinée était bien mouvementée tandis que j'écoutais attentivement les paroles de Shanahan qui annonçait fièrement le nouveau titre de ce cher Friedrich. Il serait sûrement un homme digne pour cette tâche. Le chef de l'Ordre des chevaliers pouvait disposer et utiliser les corps comme il le souhaitait. Vint ensuite un sujet qui m'intéressa, celui des futurs projets soulignés par l'empereur noir. Je n'ai jamais vraiment été proche des seccyeth bien que je connaisse leur réputation dont celle de Vikentiÿ. La chevalière Ashara ayant décidé d'aider à la mission, ne sera pas non plus à une réunion qui devrait débuter la semaine prochaine. Je me sentais effacée sur le moment, ne sachant quoi faire ni quoi répondre. Friedrich serait désormais mon supérieur et je lui devais obéissance, tout comme pour l'immortel déchu. Les corps des hommes étaient déposés dans un coin de la pièce alors que les servantes tentaient de les déplacer sans faire trop de bruit. Le sol n'était pas encore assez propre, on sentait cette odeur de sang infecte qui s'incrustent dans le sol. Bien que les dames fassent de leur mieux pour tout nettoyer, ce serait difficile de faire partir efficacement toutes ces traces. La voix de Shanahan m'extirpa de mes pensées, me déclarant que je devais chercher d'autres domestiques afin qu'ils transportent ces corps dans les appartements de Friedrich. Je ne désirais point imaginer ce qu'il ferait aux corps de ces pauvres défunts. Je devais également m'occuper de tuer la famille de ces pères, qui avec leurs mots, ont provoqué leur mort. Tandis que je remettais mon casque d'acier, des personnes accoururent jusqu'à la porte de la chambre de l'immortel. Une jeune fille et quatre hommes s'arrêtèrent, regardant ce spectacle macabre alors qu'une voix féminine hurla.

Shanahan s'était déplacé jusqu'à l'un d'eux et commença les hostilités. Exerçant son pouvoir sur le premier garde qui voulait atteindre à sa vie. La colère et la haine les aveugleraient, ce qui rendrait leurs mouvements beaucoup moins efficaces. La jeune fille et l'un des gardes s'échappèrent. Je ne pouvais les poursuivre pour le moment. Quand je dévisageais l'homme en face de moi, je le trouvais hideux, incroyablement laid et je sentais son souffle saccadé sur ma peau tandis qu'il s'approchait dangereusement de moi. Il sentait la sueur alors que cette armure le ne sied malheureusement pas comme un prince. Je tentais de lui asséner quelques coups, tentant de ressentir sa force et attendre le moment opportun dans un moment de faiblesse. Avec son épée, il ne pouvait contrer qu'à un endroit. Je visais son genou d'une main mais le valeureux tenta une contre-attaque. Je n'étais pas né de la dernière pluie et j'esquivais sans trop de difficulté. Je prenais la situation à mon avantage alors que nous nous retrouvions près du mur du couloir. Je lui arrachais un cri de douleur alors que je venais de percer ses côtes. Il posa un genou à terre et soufflait comme un bœuf. Touchant sa blessure, il remarqua ses gantelets teintés de rouge qui perlaient lentement. Son regard se posa dans le mien, il savait comment cela se finirait le moment où il a posé les yeux sur le cadavre de son défunt père. Je ne le laisserai pas souffrir plus longtemps, sa cage thoracique était perforée et il n'osait pas se relever. Lâche. C'est sans amertume que je le tuais, les deux dagues perforant son cou. Un liquide rougeâtre et chaud sortait de ces orifices, il était fini. Je croyais que ce serait terminé mais le plus grand qui avait tenté d'aider son frère fut interrompu. Je ne pris pas la peine de regarder mes supérieurs que je courrais à vive allure dans le couloir. Je dévisageais toutes ces personnes qui semblaient bouleversées. Ils étaient passés par là. Je devais les rattraper et m'en occuper.

Déambulant dans le couloir, prenant les escaliers et descendant trois par trois, je sentais qu'ils n'étaient pas loin. Les deux traîtres se rapprochaient de la salle du trône. J'accours et découvre au milieu de la pièce l'un des traîtres sur le sol. Son corps semblait inerte mais j'allais vérifier. La jeune femme, quant à elle, se retrouvait attachée par une lanière et entourée par deux gardes royaux. Heureusement, ici nous étions vigilants et tout semblait aller à la perfection. Mais à part les cas de ce matin. Je bousculais du pied le corps du garde sur le sol, la demoiselle haussa le ton et me provoqua mais elle reçut une correction d'un des gardes royal. Je découvris qu'il avait été touché en dessous sur bras, l'épée l'ayant transpercé. M'approchant de la fille, je la regarde et lui assène un coup dans les tempes, l'assommant. Je soupçonnais qu'elle pourrait nos êtres utiles. Je remerciais les gardes royaux et remontais les escaliers tranquillement. Reprenant le couloir où la chambre de Shanahan se trouvait, j'apercevais quelques domestiques et leur expliquait qu'il faudrait nettoyer de fond en comble la salle du trône mais également de nouveau la chambre. Il fallait que ce soit impeccable au risque de subir le courroux de l'empereur. Je mis quelques minutes avant de retrouver mes supérieurs qui étaient dans la pièce, en dehors du carnage et des corps défunts. La jeune femme entre mes mains pesait son poids et je jetais le corps sur le sol. Le choc ne la réveilla point. Déclarant d'un ton froid :

- Voici la fille. Son frère a été tué dans la salle du trône par les gardes royaux. Elle pourrait nous être utile. Nous pourrions faire une exécution publique et ainsi éviter des récidives. Ou encore, peut-être connaît-elle des noms de personnes contre l'Empire ou contre l'impératrice, mon seigneur.

hrp:
 




Revenir en haut Aller en bas
CHEVALIER D'IRIANETH
{ 1ÈRE GÉNÉRATION }
avatar
Lun 29 Sep - 18:41
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:



Finalement il semblait que j'allais en avoir pour un petit bout de temps dans cette chambre. Comme d'habitude lorsque l'on restait auprès de l'Empereur les choses ne se passaient jamais comme prévu, sa puissance et son aura étaient source de problèmes et son caractère irascible ne faisait qu'empirer les choses chaque jours. Et c'était bien pour cela que je lui étais aussi fidèle, quoi de mieux que le calme froid et silencieux pour compléter la rage hurlante ? C'était peut-être pour ça que je me trouvais maintenant être le futur chef de l'Ordre. Il fallait une incarnation à la terreur qu'était l'Empereur, et ma face métallique en était probablement une excellente. Mes méthodes d'ancien bandit, violentes et sanguinolentes à souhait, aidaient aussi beaucoup à mon aura de montre inhumain.

Surtout au vu du fait que l'Empereur avait gracieusement accepté de me laisser me charger des cadavres de ces immondes traître. Le traitement qui serait réservé à leurs corps serait une horreur dans la plus pure tradition des coupes gorges du continent. On enlève la peau et on laisse les corps puants et les organes à nu pendre au milieu de la cour du château. Personne ne serait plus motivé à allez à l'encontre du pouvoir avec de telles visions à chacune de leurs entrées ici. La terreur était le meilleurs des ciments pour un Empire tel que le notre, il fallait du sang pour garder la populace tranquille. Ils étaient lâches et bien trop attaché à leurs vies pour oser se soulever si ils avaient une vision directe de leur futur. L'exemple disciplinais la masse, et rien n'est plus facile à contrôler que la masse, tant qu'elle s'acclimate à la peur et au pouvoir elle était inoffensive, et si elle montrait les crocs il suffisait de lui rappeler qui étaient les maître de ce lieu.

L'Empereur vint ensuite à des propos plus terre à terre, des propos sur mon futur en tant que chef de cette Ordre décapiter et sans aucune forme de but. Je le compris dès ses première phrases: la quasi totalité de mes futurs subordonnés étaient partit je ne sais où, probablement en train de massacrer à tour de bras au vu de leurs noms. Des éléments tels que Vikentiÿ ou Ashara seront probablement difficile à ordonner. Mais au moins je connaissais la loyauté de Vikentiÿ contrairement à sa sœur d'arme. Shanahan rajouta un point que j'allais justement abordé: la langue du chevalier ailé. Il était évident que je me devais de parler cette langue si je voulais le faire obéir un minimum. Sinon il se contenterait de me rire au visage comme il le faisait à tout ceux qui étaient incapables de se faire comprendre à ses oreilles. Je ne savais pas bien comment je ferais pour apprendre cette langue mais je faisais confiance en l'Empereur pour ce point.

Il ne me restait donc plus qu'Elessar, Orael et quelques autres sous la main pour les futures mise au point. Comme si la tâche n'allait pas déjà être assez difficile sans que l'on me rajoute un Ordre clairsemé au gré des batailles. Ce fut lorsque je me perdais dans ces dernières pensées que la situation dégénéra une fois de plus. Shanahan ordonnait déjà à Orael de me faire porter les cadavres pour mes expositions tout en lui ordonnant de massacrer par la même occasion leurs familles. Au nom de l'assassin de l'Empereur je me surpris à me dire que ces engeances de traîtres venait d'échapper à la pire des morts. Au moins si ce n'était pas la sanguinaire malade mentale des forces de l'Empire qui se chargeait d'eux on ne les retrouverais pas éparpillé aux quatre coins du château façon puzzle. Ils évitaient ainsi une mort plus dégradante encore que celle des pères de ces familles.

Enfin pas tous... Car là où la scène dégénéra vraiment fut lorsque les suppôts de l'un des traitres arrivèrent face au corps démembré de leur père. Des cris des pleurs et de la rage, le parfait cocktail pour rendre la scène encore plus sanguinaire qu'elle ne l'était déjà. Et ce fut vers l'Empereur que se tourna leur haine, un de ces gardes se rua sur l'Empereur, je ne bougeais pas d'un cil... Je savais parfaitement que l'Immortel le réduirait en poussière selon ses désirs. Eux aussi probablement, ils se contentaient d'un ultime baroud d'honneur familial. Sauf deux d'entre eux qui prirent la fuite sans se faire attendre... Alors que je m'apprêtais à les suivre un des fils éploré vint me sauter à la gorge. C'était bien rare que quelqu'un ose m'attaquer, habituellement ma simple vue suffisait à rebuter les plus téméraires. Mais lui savait surement déjà ce qui l'attendait, il n'avait rein à perdre et venait tout tenter en m'attaquant. Ce fut la dernière erreur de sa vie.

Je ne pris pas même la peine de sortir ma lame, de toute façon je n'étais pas un virtuose de la lame loin de là. Ma force était brute et la plupart du temps je me contentais de mes poings gantés d'acier pour donner la mort. C'est ce que j'allais faire, un simple garde impérial ne pouvait pas ne serait-ce qu'effleurer mon niveau. Alors qu'il tentait un maladroit coup d'estoc vers ma poitrine je me contentais d'esquiver calmement le coup et de lui attraper le poignet. Une fois ce moment arriver il n'avait plus la moindre chance et je pus le lire dans ses yeux... Je commençais par lui briser ce dit poignet d'un coup sec, puis sans même ciller je lui attrapais violemment la crâne de ma main libre. Je le soulevais largement en l'air en le tenant toujours aussi fermement avant d'en finir sans fioritures: j'écrasais sa face répugnante de traître contre le mur sans même le regarder, tout mes sens étaient déjà concentré sur les fuyards mais je vis ma soeur d'armes courir les pourchasser. Il n'y avait donc plus rien à faire. Je lâchais la tête du garde dont le corps glissa mollement contre le mur sans plus de cérémonie. Je daignais enfin regarder le corps et vit bien vite que j'avais salis le mur, bien trop à mon goût d'ailleurs, il était dommage de gâcher de si belles tapisseries avec du sang félon. Mais bon, les servantes étaient bien payés à les nettoyer ces murs... L'Empereur avait lui aussi terminer son garde et le calme était enfin revenu dans la pièce, j'aimais le calme et c'était certainement le fait que ces traîtres l'ait briser sans honte qui m'avait poussé à massacrer ce garde avec tant de violence.

Je regardais donc Shanahan attendant une réaction... Alors que j'allais lui parler Orael revint avec une jeune femme inconsciente dans les bras. La fille qui avait fui tout à l'heure, l'absence de son frère indiquait sa mort et surtout le fait que tout les traîtres étaient maintenant éliminés. Cette parenthèse sanglante était donc presque terminé.

*Bravo Orael, tu n'as donc pas perdu de ton efficacité à ce que je vois...*

Je me contentais de ces mots envers ma désormais toute nouvelle subordonnée. Je me tournais ensuite vers mon Empereur le regard froid avant de lui transmettre un court message:

*Je m'occupe de la jeune femme, je ne laisserais pas ces immondices se moquer de l'Empire éternellement... *

Je n'étais pas un sanguinaire mais il fallait parfois oublier ses principes pour défendre les intérêts de l'Empire. Je me dirigeais donc d'un pas lent vers le corps inconscient avant de frapper violemment sa cage thoracique de ma bote en acier elle aussi. Je n'étais pas l'Homme d'acier pour rien après tout... Cela la fit se tordre de douleur mais au moins elle reprenait conscience par la même occasion. Rien ne valait un coup vers les poumons pour réveiller quelqu'un. Quand elle repris ses esprits je l'attrapais par la gorge et pris par la même occasion une corde grâce à la télékinésie.

*Désoler pour la future vue de votre chambre mon Empereur mais je me permet de l'accrocher là pour le moment. Ainsi les gens sauront ce qui attend ceux qui se dressent contre vous. Un cadavre de traître accroché à votre fenêtre c'est un symbole, s'il vous dérange il vous sera à loisir de me le faire enlever prochainement. Mais je vous assure que ce que je fais aura son effet.*

Une femme dans son genre n'aurait pas d'informations, elle n'était qu'une gamine sans importance, de plus nous avions des espions que nous payions une fortune, ils n'auraient qu'à montrer qu'ils méritent cette somme si l'Empereur voulait vraiment savoir qui se moquait de lui au palais. Moi je n'avais en tête que l'exemple, la peur, la terreur... Tout ce qui ferait taire les critiques et ferait aussi baisser les yeux des traîtres. Je ne pris donc que quelques instants pour pendre sommairement l'insolente garce à la fenêtre de l'empereur. Après quelques râles d'agonie son corps se mit prestement à dériver au gré des vents.

*Vous excuserez mon zèle mon Empereur.*

L'Empereur savait que j'étais loyal et que je lui obéissais, il savait qu'il n'existait pas plus dévoué que moi. Et c'était justement pour cela que je me permettais ces excès de zèle par moment. Je savais ce qui était bon pour l'image de l'Empire, je savais ce que je faisais à tout moment...

HRP: N'oubliez pas que les paroles de Fried ne peuvent être entendus que par ceux à qui elles sont destiné !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Lumière éthérée ft. Shanahan & Fridedrich

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obélisque de lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Shanahan impose 2 suspensions salées
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» [Porteuse de lumière]Akari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Territoires inconnus :: La forteresse :: ▬ L'aile de la royauté
-