Forum inspiré de la saga d'Anne Robillard
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | .

Une amitié plus qu’inattendue. ~[ PV: Illana ]

ÉCUYÈRE D'ÉMERAUDE
{ 2IEME GÉNÉRATION }
avatar
Dim 26 Oct - 6:50
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Assise près d'un petit lac, je me reposais tranquillement. Je réfléchissais à ma vie que je menais avant. Idril était à côté de moi, regardant son reflet dans l'eau. Un vent léger me caressait la joue. Je m'allongea dans l'herbe tendre et essaya de trouver n'importe quelles formes dans les nuages. Le rayon de soleil n'était pas assez puissant pour m'éblouir mais il me réchauffait la peau. Idril fit un volte-face et vint vers moi à la vitesse d'un éclair. Elle se pose sur mon bras. Debout, je regardais autour de moi et sonda la région jusqu'aux profondeurs du lac. Je vis une zone blanche transparente se diriger vers moi. Puis de plus en plus de silhouettes blanchâtres apparurent tout autour de moi. Le premier fantôme apparue était celui de Kerosa ! Prise d'horreur, je voulais partir dans un autre sens mais là c'était celui de Lionel qui me bloquait le passage. Puis, après plusieurs minutes, j'étais entourée de tous mes anciens camarades. Kerosa pris les devants et me fit d'une voix douce mais froide à la fois « Tu nous as tué avec ta lâcheté. » Le petit Prince Ewen vint à son tour, et sortit « Tu m'avais promis une épée en bois.. A cause de toi, nous sommes tous morts.. » Ces paroles me firent mal au cœur. Je m'accroupis par terre. Les mots « mort », « cause » et « bataille » revenaient à chaque fois. Un chevalier, Tharivor il me semble, pris son épée et tua Idril d'un coup vif. Ma peine était tellement grande que je ne pus crier.Des larmes coulaient sur mes joues et de plus en plus de fantômes apparurent. Une puissance lumière blanche éclata sur moi. Je sentis ma mort approchée..

Je m'étais réveillée pleine de sueur, sur mon lit d'écuyère. Je regardais du côté de mon maître, il dormait à poings fermés. Comme mon camarade de chambre, Alkyrick. Je me suis levée tout doucement. Je pris une tunique bleu ciel et un joli bracelet de la même couleur. Je sortis de la chambre en refermant la porte tout doucement. Je ne pouvais pas aller manger avec mes cheveux remplis de sueurs comme ça. Je me dirigeai vers les bains. Personne à l'horizon. Je pris une petite heure à me détendre et à oublier ce maudit cauchemar. Je sortis des bains assez tôt. Je ne savais même pas si le soleil était levée.

Je pris le chemin pour le hall des chevaliers mais je vis que le petit-déjeuner n'était pas encore servis. Je savais que les cuisiniers se levaient très tôt pour préparer tous les repas. Je descendis l'escalier menant aux cuisines. Je pris quelque bout de pain, de la confiture et une pomme. Les cuisinières n'étaient pas contre mon petit pique-nique matinale. Alors je partis vers les écuries, je me mis près d'un cheval que je trouvais extrêmement beau. Je m'assis près de son enclos. Il me regardait avec de grands yeux. J'ai compris qu'il voulait la pomme. J' avais croqué un bout dedans et je lui avais donné le reste.

Après avoir mangé dans l'écurie, j'étais parti me promener dans la cour. Je regardais les personnes passer. De plus en plus de personnes se mettaient au travail. Je ne savais pas combien de temps j'avais passer à les regarder mais les chevaliers commençaient déjà à se lever. Kerosa était habitué à mon absence le matin, je me fis pas de soucis là dessus. Je m'assis sur les marches d'un grand escalier. Personne ne sortait de là. J'aimais bien regarder le monde se lever. Le travail qui commence, les odeurs du pain frais, les animaux qui criaient. C'était bien différent de mon pays...


"Il y a pire de ne pas réussir, c'est de ne pas essayer." Anne Robillard.

Loin des regards. [LIBRE]

Evenement 2 : Morwën et Alkyrick CONTRE Saraï
Revenir en haut Aller en bas
ÉCUYÈRE D'ÉMERAUDE
{ 2IEME GÉNÉRATION }
avatar
Dim 26 Oct - 9:37
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Ce jour là, Tharivor m'avait laisser ma journée. Tant mieux, j'allais pouvoir travailler un peu seule. Et surtout, travailler ce que je voulais. Je m'étais donc levée tôt le matin, normalement. Un petit regard sur Tharivor qui ne faisait que somnoler. Il avait toujours eut un peu de mal à dormir, et m'avait donc entendu me lever. Je m'étais inclinée devant son lit, sachant qu'il avait compris que je quittais la chambre, et étais partie aux bains comme le voulait le rituel. Seules quelques minutes m'avaient suffi, je savais que je réfléchirai une fois à cheval. Car oui, c'était bien ça que je voulais travailler en cette belle matinée. Il était grand temps que Zéphyr bouge un peu, et quoi de mieux que la carrière de la cour intérieur pour ça? 

Retournée dans ma chambre, je m'étais changée, enfilant la tunique des écuyer et mes bottes. Puis étais partie en direction de la grande salle où, bizarrement, personne n'était. Sans doute dormaient-ils encore. Tant mieux! Je pourrais me concentrer sur que j'allais faire faire à Zéphyr. Ce matin c'était dressage. Un peu ne lui ferait pas de mal, d'autant plus que j'avais remarqué qu'il avait perdu en muscle. Et sur un champs de bataille, la musculature d'un cheval était très importante, puisque ça conditionnait sa vitesse, son endurance,... Ayant terminé le repas, je pris quelques morceaux de pain et une pomme pour lui. Et sortis du Château pour me dirigé vers les écuries, où personne n'était à mon arrivée. Voir si peu de monde m'avait surpris. Je m'étais donc levée si tôt que ça? 

Devant le box, je n'eus pas besoin de signaler ma présence. Il l'avait senti dès mon arrivée dans le bâtiment et s'était retourné pour m'accueillir avec un petit hennissement de joie. Je le saluais, un sourire aux lèvres et lui donnais ce que j'avais pris sur la table de grande salle. Il mangeait avec appétit, un signe de bonne santé. Ensuite, je pris bien le temps de le brosser, tenant à ce qu'il soit propre. Et n'hésitais pas non plus à chantonner quelques airs de chez moi. J'étais bien, j'étais heureuse. Une fois tout propre, je lui mettais le matériel sur le dos et le sortais de l'écurie. Puis me hissais dessus avec aisance et commençais à le faire marcher dans la carrière. Quelques minutes après, nous attaquions le travail. Une petite demi-heure passa avec une assiduité à la tâche, qui nous caractérisait tous les deux. Il était comme moi et j'étais comme lui. C'est pour ça que nous étions si proche, en plus du temps que nous avions passé ensemble dans notre jeunesse. 

Lorsque tout fut terminé, je descendais de cheval et m’apprêtais à aller m'occuper de lui. Mais une énergie magique m'interpella. Elle se trouvait dans la cour, comme moi. Et malgré le peu de gens qui s'y trouvait, il m'était difficile d'en localiser la source. Je m'étais donc arrêtée sur le chemin des box, regardant autour de moi d'où elle pouvait venir, mais personne ne sortait du lot. A moins que... Mon regard se posa sur une jeune fille aux cheveux très clairs. Elle était dans la cour et regardait les gens passer. Intriguée, je poursuivais ma route, m'occupais de Zéphyr dans l'écurie, sans attache, malgré ce que me répétaient les palefreniers. Et le libérais puis le laisser m'accompagner dans la cour, toujours sans attache. Il était en totale liberté mais savait qu'il ne devait pas faire de bêtises.

A la hauteur de la jeune fille, je parvint à reconnaître. Je l'avais déjà vu en compagnie d'un autre Chevalier. Mais lequel...? Rahh! Je n'arrivais plus à me souvenir. Puis son visage réapparut dans mon esprit. C'était celui qui avait été gravement blessé par la dernière attaque à Emeraude. Mais dans mes souvenir, il avait deux écuyer. Ce qui était bizarre, au vu du nombre de Chevalier qu'il y avait, chacun pouvait tout à fait avoir UN écuyer. D'un autre côté, l'Ordre avait beaucoup changé. Entre les départs et les arrivées des uns et des autres, tout ça devenait vite un foutoir monstre. Et d'aussi loin que je me souvenais, Tharivor et moi étions le seul duo qui n'avait pas changé depuis le début. 

Sortant de mes pensées, je décidais d'engager la conversation, sur un ton calme, mais sérieux. Enfin, mon ton habituel. Que les personnes aimaient rarement mais ça m'était un peu égal. Après tout j'étais là pour apprendre à défendre Enkidiev, pas pour me faire tout un tas d'ami.

- Bonjour, je suppose que tu es un écuyer.

Je n'avais pas pour habitude de commencer à parler. Aussi, pour m'occuper un peu l'esprit, j'observais Zéphyr derrière moi, qui semblait être sacrément curieux. Mais cela ne m'empêchait pas de prêter attention à la potentielle réponse de mon inter-locutrice.
Revenir en haut Aller en bas
ÉCUYÈRE D'ÉMERAUDE
{ 2IEME GÉNÉRATION }
avatar
Mar 28 Oct - 12:30
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


Assise sur le grand escalier, je regardais les paysans passaient avec leurs charrettes. Les bruits des marteaux sur les épées m'attira. Je me demandais comment une personne pouvait créer des aussi belles choses. Je me demandais ce que je vais devenir après ma carrière de Chevalier. Être chevalier.. J'avais pris cette décision depuis que très peu et je n'avais pas penser à être le maître d'un enfant qui sera plus jeune que moi. Serai-je à la hauteur ? En m'entraînant avec un maître, peut-être que j'adopterai des comportements d'adultes. Être chevalier sera impressionnant.

Le monde se levait petit à petit. J'adorais regarder ça au matin. Le ciel était bleu rosé. C'était mon petit plaisir à moi. Je vis un oiseau passer dans le ciel. Idril. Où pouvait-elle être ? Tous les matins, elle était à ma fenêtre. En sondant les alentours, je vis qu'elle se reposait dans la forêt. Cette forêt.. Comment j'ai pu ne pas entendre l'attaque. Les cris des défunts morts, les épées. Le prince n'était pas mort grâce à ma sortie du château. Mais Kerosa était grièvement bléssé, alors que j'aurais pu être la pour le protéger un peu plus. Ce cauchemar qui revenait sans cesse, chaque nuit. Il fallait que je me change les idées. L'odeur du bon pain me sortit de mes pensées.

Sans avoir savoir d'où elle sortait, une fille dont le vissage m'était familier arriva devant moi. Sa voix me parus froide mais un peu forcée. Elle me disait vraiment quelque chose. Mais oui, l'écuyère du chevalier.. Tharivor il me semblait. Je la voyais de temps en temps en mangeant quand je mis présentais. Je pensais qu'elle ne parlait pas aux personnes, qu'elle était trop froide pour aimer quelqu'un. Mais apparemment je m'étais trompée. Je croyais qu'elle était venue d'un coup comme ça, mais en voyant la paille sur son pantalon d'écuyère, je compris qu'elle avait un cheval. Je n' aimais pas du tout parler quand je ne connaissais pas la personne mais dans cette situation j'étais un peu obligée. En essayant du plus que je pouvais, j'essayais de ne pas montrer ma timidité comme me l'avait dit plusieurs fois Kerosa.

-Oh bonjour ! Oui je suis l'écuyère du chevalier Kerosa. Et toi, tu es celle de Tharivor, non ? Je te vois toujours avec, comme le doit une écuyère à son maître.

Et si se n'était pas Tharivor, je passerais pour une idiote.. Sa ne changerai pas de d'habitude mais pour une fois que quelqu'un venait me parler, j'ai mal commencé.. Elle avait peut-être froide mais elle était jolie pour son âge. J'étais plus âgée qu'elle, sa se voyait. Elle avait un joli petit collier autour de son cou. Qu'il était beau. Vu son état, elle doit le porter tout le temps. J'avais 17 ans et j'avais encore peur de parler aux personnes même plus petite que moi. Morwën.. Il fallait que tu te durcisse. Je vis qu'elle était debout et moi assise. Je lui fit un petit sourire et l'invita à prendre une place sur mon escalier. Je m'assis un peu plus haut qu'elle.

-Je me suis pas présentée. Je m'appelle Morwën d'Emeraude. Comment t'appelles-tu ?


"Il y a pire de ne pas réussir, c'est de ne pas essayer." Anne Robillard.

Loin des regards. [LIBRE]

Evenement 2 : Morwën et Alkyrick CONTRE Saraï
Revenir en haut Aller en bas
ÉCUYÈRE D'ÉMERAUDE
{ 2IEME GÉNÉRATION }
avatar
Mer 29 Oct - 8:43
Voir le profil de l'utilisateur


Informations supplémentaires
Pouvoirs:
À respecter:
Vêtements et armes:


- Oh bonjour! Oui je suis l'écuyère du Chevalier Kerosa. Et toi, tu es celle de Tharivor, non? Je te vois souvent avec, comme le doit un écuyère à son maître.

Pour être franche sa réponse me surprenait un peu. Ce n'était pas la première personne à me reconnaître. D'un autre côté, c'était un peu normal. Mon maître était tout de même une personne importante dans l'ordre puisqu'il était le Second de notre Chef. Pas que les autres ne le soient pas, bien au contraire. Je savais bien que chaque membre de l'Ordre était aussi important que n'importe quel autre. Seulement, Tharivor était amené à prendre plus de décisions et avait plus de responsabilités vis-à-vis de l'Ordre. C'était d'ailleurs pour cette raison que je m’efforçais d'être une écuyère exemplaire. Pour ne pas le surcharger en matière de travail. Il avait déjà suffisamment à faire comme ça. Je ne voulais pas être un poids en plus.

Sortant de mes pensées, je lui répondais assez vite:

- C'est exact. Le chevalier Tharivor est bien mon maître. 

Elle m'avait fais signe de m’asseoir à ses côtés. En guise de réponse, un simple "non" de la tête lui montrait que je la remerciais pour cette invitation mais que préférais rester debout et m'adossais à une rambarde qui était à côté. Zéphyr venait me voir et réclamait des caresses. Ce que je m'empressais de lui donner. Il était très câlin mais lorsqu'il y avait un danger quelconque, il était imperturbable. 

- Je ne me suis pas présentée. Je m'appelle Morwën d'Emeraude. Comment t'appelles-tu?

Une chose qui me rassurait un peu plus. Puisque, cette fois, c'était elle qui cherchait à poursuivre la conversation. Je n'étais pas très bavarde à la base. Préférant apprendre de nouvelles techniques, travailler Zéphyr, réfléchir seule. Mon passé dans mon village m'avait appris à rester loin des autres. Tout ça parce que j'étais différente. Pourtant ici, nous étions tous différents des autres. Seul notre titre changeait l'impression que les autres avaient de nous. Quelle tristesse. C'était donc pour ça que j'étais seule les trois-quarts du temps et que ne je m'entendais qu'avec ceux qui étaient plus jeunes ou âgés que moi. 

Mais ne nous faisons pas d'illusions. La seule chose qui m'avait amené à aller parler à cette jeune fille, qui était plus âgée que moi, était la magie que j'avais senti. Elle ne semblait pas mauvaise, mais je tenais à m'en assurer. De plus, cela me permettais de faire connaissance avec les autres membres de l'Ordre et d'en apprendre plus sur mes futurs frères et sœurs d'armes. 

- Moi c'est Illana.

Je ne jugeais pas nécessaire de rajouter le d'Emeraude. Après tout nous étions du même rang. Alors à quoi bon? Ma réponse avait été plus calme. Peut être que c'étaient les caresses que j'offrais à Zéphyr, qui s'était considérablement calmé, qui me rendais comme ça. Mais au fond, je sentais qu'il voulait sortir du château. Il me l'avait dis. 

Me levant, je me retournais vers Morwën. Pourquoi elle ne m'accompagnerait pas? Je ne savais ce qui m'avait fait penser à cette idée, pourtant cette idée était bien là. 

- Dis moi, je vais me balader dans la forêt. Tu m'accompagnes? 

Toujours avec calme et sans sourire, je lui avais poser ma question. Et attendais sa réponse avec attention.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Revenir en haut Aller en bas
 

Une amitié plus qu’inattendue. ~[ PV: Illana ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» ce merveilleux mot Amitié
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Amitié animale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le royaume d'Émeraude :: Le château d'Émeraude :: ▬ Cour intérieur
-